« Émile HAGÈGE, en tant que nouveau Directeur général de l’ARC, pourra-ton négocier avec vous ? »

Version imprimableEnvoyer par email
Mercredi, 18 Février, 2015

« Émile HAGÈGE, en tant que nouveau Directeur général de l’ARC, pourra-ton négocier avec vous ? »

 
Un nouveau phénomène très intéressant se produit actuellement à propos de l’ARC.
Plusieurs grands cabinets de syndics, chambres professionnelles, institutions souhaitent rencontrer le nouveau directeur général de l’ARC, Émile Hagège qui remplace Bruno Dhont.
 
Les questions sont  toujours les mêmes : « Allez-vous continuer à « casser » les syndics ? Allez-vous tout « balancer » sur le site ? Allez-vous continuer, par le biais de votre coopérative, à vendre du fioul ou des détecteurs de fumée ? »
 
Voilà des questions intéressantes qui méritent des réponses claires de la part du nouveau directeur général de l’ARC.
 
  1. La philosophie de l’ARC qui reste immuable et même renforcée

L’ARC n’a pas vocation, comme le pensent les grands cabinets, à « casser » du syndic ou à être en concurrence avec eux. Son objectif reste toujours le même : défendre les intérêts des syndicats des copropriétaires et plus généralement aider à assurer  une  bonne gestion des copropriétés.
 
À ce titre, l’ARC continuera donc à être avant tout une force de proposition et , s’il le faut , à dénoncer l’ensemble des pratiques abusives repérées, ceci afin de les stopper au plus vite.
L’ARC est une des rares associations qui peut se permettre de dire ce qu’elle pense, car elle dispose d’une totale indépendance financière grâce aux cotisations de ses adhérents, toujours plus nombreux et qui rendent l’association encore plus puissante et représentative des syndicats des copropriétaires.
 
L’ARC  et son directeur général continueront donc  à dénoncer les  abus à chaque fois que cela sera nécessaire, mais aussi à saisir les ministères, à interpeller les institutions et fédérations , là encore autant qu’il le faudra .
 
  1. Et la coopérative ?

Lors de la création de l’ARC et de sa coopérative, Bruno Dhont, le fondateur de ces deux structures avait comme projet d’une part de dénoncer les abus et d’autre part, démontrer par le biais de cette coopérative qu’il était possible de faire autrement.
 
C’est ainsi que la coopérative a pu faire la démonstration qu’il était possible de faire jusqu’à 15% d’économies sur le prix du fioul proposé par le syndic ou encore 25 % sur le prix du tarif règlementé du gaz.
Ce même constat a pu être fait pour les produits d’entretien, les ampoules, etc. et même dernièrement sur le prix des détecteurs de fumée, avec des tarifs jusqu’à 50% moins chers que ceux proposés par les syndics professionnels.
 
La coopérative a d’ailleurs à plusieurs reprises permis aux adhérents de l’ARC de faire de très  « grosses » économies équivalent , souvent, à une ou plusieurs dizaines d’années de cotisations à l’ARC.
Alors, bien entendu, la coopérative technique de l’ARC continuera à vivre avec toujours comme ambition d’être encore plus performante, quitte au syndic à faire mieux.
 
  1. Mais qui est le nouveau directeur général de l’ARC ?

Émile HAGÈGE a travaillé dix ans en collaboration étroite avec le Directeur général fondateur Bruno Dhont. Il a, durant ces années, traversé l’ensemble des fonctions de l’ARC en commençant sa carrière comme « chargé de copropriétés en difficulté ».
 
Durant ces  cinq dernières années, il a dirigé la coopérative technique de l’ARC en développant des solutions, services et assistances permettant de rendre les conseillers syndicaux et syndics bénévoles de plus en plus performants.
 
 Pour cela, il a mis en place de nombreux outils :
  • formations de toutes natures ;
  •  mise en place d’une protection juridique ;
  • assistance aux syndics bénévoles, aussi bien dans la gestion courante que dans la comptabilité ;
  • site internet permettant la mise en concurrence des prestataires ou encore dernièrement des fournisseurs de gaz ;
  • des guides pratiques ;
  • des sites d’Extranets ;
Mais aussi il a participé  à la rédaction d’articles en tous genres pour le site, ainsi que pour la revue.
 
Le nouveau Directeur général de l’ARC est donc inspiré par la même ambition que le fondateur qui est de répondre aux besoins des adhérents et de prévenir les difficultés avant leur apparition.
  1. Et pour la suite ?

Il n’est pas question pour l’ARC d’en rester là.
 
Voilà pourquoi, très prochainement, des nouveaux services seront présentés et des colloques organisés sur des thèmes brûlants, comme celui de la rénovation des copropriétés.
 
Par ailleurs, l’ARC réfléchit à moderniser ses services pour que très rapidement soient proposées des solutions adaptées aux adhérents ne pouvant pas suivre des formations ou bénéficier de consultations en journée .
Nous reviendrons prochainement sur les nouveaux moyens mis en place.
 
Conclusion : si certains avaient l’espoir que le départ en retraite de Bruno DHONT allait se traduire par une perte de vivacité - ceci dans tous les sens du terme -  ils se trompent tout simplement, et c’est heureux.