Négociation des prix du gaz en copropriété : le journal « Que Choisir » plébiscite l’ARC

Version imprimableEnvoyer par email
Jeudi, 2 Octobre, 2014

Négociation des prix du gaz en copropriété : le journal « Que Choisir » plébiscite l’ARC

 
 
Voici de larges extraits d’un article de la dernière revue de l’UFC (Que Choisir) sur la négociation des prix du gaz en copropriété.
 
On vous laisse découvrir :
 
Copropriété : la fin du tarif réglementé du gaz
 
 
 
« Vous habitez en copropriété et avez un chauffage collectif au gaz naturel? Si votre immeuble consomme plus de 200000 kWh par an, le tarif réglementé prendra bientôt fin. C’est le moment de faire jouer la concurrence.
 
“Chacun son tour
“Les copropriétés qui consomment entre 150 et 200 000 kWh par an seront concernées fin 2015. Mieux vaut anticiper en chargeant le conseil syndical de rechercher un contrat de gaz à prix compétitif dès la prochaine assemblée générale. Les copropriétés qui consomment moins de 150000 kWh par an pourront rester au tarif réglementé.
 
« Le 31 décembre 2014, c’est la fin du tarif réglementé du gaz pour les copropriétés qui
consomment plus de 200 000 kWh par an, autrement dit celles qui se chauffent au gaz et comptent plus d’une quinzaine de logements. Si la décision n’a pas encore été prise en assemblée générale de copropriété, il vous reste trois mois pour souscrire à une offre à prix de marché. Faute de décision d’ici là, votre fournisseur historique,
GDF Suez, vous fera basculer sur une offre de marché transitoire pour six mois au maximum... à un tarif probablement peu compétitif vu les circonstances. Pour faciliter la vie de ses adhérents et leur permettre de payer le gaz au plus juste prix, l’Association des responsables de copropriété (ARC) a créé, au printemps, le site www.copro-gaz.fr. Les conseils syndicaux peuvent ainsi lancer en même temps des appels d’offres auprès de tous les fournisseurs de gaz référencés, puis comparer leurs propositions sur des bases identiques, tous les éléments étant donnés sous un format harmonisé. Les résultats ne se sont pas fait attendre.
 
«Nous sommes très satisfaits, nous avons des offres fracassantes, se réjouit Claude Pouey, responsable de l’opération. Les prix vont de-15 à-20 % par rapport au tarif réglementé, en tarif fixe sur deux à trois ans. Quelque 350 copropriétés ont déjà fait la démarche, certaines obtiennent juste 15 % de réduction, d’autres plus de
20%, mais il s’agit de grosses copropriétés. Tous les
fournisseurs admettent qu'ils avaient une forte marge, mais quand ils ne passent pas par nous, ils proposent plutôt -7 à -8%.»
 
 Pas de secret, la recette de l’ARC pour faire bénéficier ses adhérents de telles réductions, c’est la mise en concurrence. Huit fournisseurs participaient au référencement lors du démarrage du site, ils sont aujourd’hui onze à répondre aux appels d’offres.
“Les bienfaits de la concurrence
“Contacter plusieurs fournisseurs de gaz est donc la première règle. Même si le syndic propose une offre avec un prix du gaz inférieur au tarif régle­menté, il ne faut pas s’en contenter. GDF Suez a, par exemple, envoyé des propositions en prix de marché à - 4,8%, comme l’a dénoncé l’ARC. Il faut ensuite opter pour une offre à prix fixe sur un, deux ou trois ans, ou à prix indexé sur l’évolution du tarif réglementé. Ce choix doit dépendre de la réduction obtenue. Quand il s’agit de-15à-20%en prix fixe comme avec Copro-gaz.fr, il n’y a pas à hésiter tant le prix est inférieur au tarif réglementé. A contrario, ce n’est pas si sûr quand la réduction est de l’ordre de - 7 à - 8 %. Depuis juin 2013, le tarif réglementé di­minue, il a baissé de 6,4% selon la Commission de régulation de l’énergie (CRE). Il remonte ce mois et peut-être durant l’hiver, mais peut rebais­ser après. En signant à prix fixe sur deux ou trois ans à ces niveaux de réduction, on risque de sur­payer son gaz par rapport au tarif réglementé avant la fin du contrat. Un prix de marché indexé sur le tarif réglementé peut être plus adapté.
 
“Il faut, enfin, comparer ce qui est comparable. Avec 20% sur la consommation et 5,5% sur l’abonnement, la TVA change tout. Or, certaines propositions de prix l’incluent, d’autres pas. Quant aux taxes, elles sont très souvent variables, même dans un contrat à prix fixe. Autant de vé­rifications indispensables avant de signer.
 
Elisabteh Chesnais ».
 
 
 
EXACT. Il faut être très méfiant. Demandez à votre syndic ce qu’il a fait. Comment le conseil syndical a-t-il été associé, etc.
 
Venez au Salon indépendant de la Copropriété les 15 et 16 octobre 2014. Nous en parlerons longuement www.unarc.fr/s8cx.
 
En attendant consultez : www.copro-gaz.fr