ABUS 3362 : Les administrateurs judiciaires (suite)

Version imprimableEnvoyer par email
Abus
11/05/2012

Les administrateurs judiciaires (suite)

 

Suite à notre article :  signalant un cas d’administration judiciaire à notre avis plutôt caractéristique, nous avons reçu le mail suivant  qui prouve :

  1. que nous avons bien raison ;

  2. qu’on peut agir, y compris auprès des magistrats pour corriger la situation. 

Voici ce mail :

« Bonjour Messieurs,

 
J'ai  lu avec attention et plaisir votre article sur les administrateurs judiciaires. En fait sur l'ADMINISTRATEUR JUDICIAIRE ! Celui que j'ai fait disparaître de la place d'Orléans avec l'aval du Président du TGI.

En effet Franck MICHEL, de Créteil, a un bureau sur Orléans avec un collaborateur occasionnel. Il avait les bonnes grâces du Président du TGI d'Orléans avant 2009, remplacé en septembre 2009.

Comme administrateur de biens, j'avais eu l'occasion d'être nommé comme syndic en suite de plusieurs dossiers passés entre ses mains.

Or pendant cette administration provisoire j'ai constaté que Franck MICHEL avait perçu des honoraires pour ne faire strictement rien des missions  confiées par le Président du TGI.

Sauf convoquer une assemblée générale pour élire un syndic.
Devant cette carence sur plusieurs dossiers j'ai adressé un courrier à M. Gilles MAGUIN nouveau Président du TGI d'Orléans en septembre 2009 qui, intéressé par mon rapport faisant ressortir une carence généralisée de l'action de ce Monsieur, m'a téléphoné pour me demander si je voulais bien prendre des dossiers en administration provisoire.

J'ai accepté et j'ai aussi demandé à ce que les copropriétaires concernés demandent à ce que les honoraires indus leur soient restitués et pour d'autres dossiers ils n'ont pas été réglés à cet administrateur.

J'ai pour la plupart des dossiers traités eu gain de cause au TGI.
J'ai pris une retraite définitive en fin d'année  dernière après avoir exercé cette activité d'administrateur provisoire de syndicats de copropriétés en ayant effectivement solutionné les difficultés inhérentes et encaissé des honoraires qui étaient ceux consignés au départ de ma nomination (autour de 800€).

M. Franck MICHEL (A.J.A) grosse nébuleuse à Créteil de l'administration judiciaire, n'avait en 2009 qu'un seul collaborateur pour plus de 120 dossiers sur l'Ile de France et la Région Centre, lequel a démissionné de ses fonctions en 2010.

Pour finir, je vous signale que j’ai pu constater dans un dossier d'une très grosse ASL sur le Loiret (TGI de Montargis) que l’administrateur judiciaire (un autre) ne connaissait rien en copropriété ni en ASL.

J.P......... ».

Nous avons naturellement demandé à l’auteur de ce mail l’autorisation de publication, qu’il nous a donné sans problème.

Il va effectivement falloir rouvrir avec le Ministère de la Justice le dossier des administrateurs judiciaires nommés en copropriété.

Une tentative avait été faite en 2003, mais avait vite été « enterrée ».

Il faut juste reprendre notre bâton de Pellerin.