ABUS 4029 DE LA SEMAINE Détecteurs de fumée : ISTA aurait-il inhalé du monoxyde de carbone ?

Version imprimableEnvoyer par email
Abus
13/10/2015

ABUS 4029 DE LA SEMAINE

Détecteurs de fumée : ISTA aurait-il inhalé du monoxyde de carbone ?

 
On pensait en avoir fini avec les abus en matière de détecteur de fumée, mais cela était sans compter sur la pugnacité du groupe ISTA.
 
Ce dernier a envoyé à un syndic bénévole une proposition d’installation de détecteur de fumée en date du 22 septembre 2015 qui dépasse tout simplement l’entendement.
 
Avant de rentrer dans le type d’offre que s’est permis d’envoyer une commerciale d’ISTA, il est important de rappeler que la pose de détecteur de fumée concerne chaque copropriétaire pour son logement et non le syndic qui a en gestion les parties communes.
 
C’est donc en totale contradiction avec les textes légaux et réglementaires que le groupe ISTA essaye d’obtenir l’engagement d’un syndic bénévole pour installer dans les parties privatives des détecteurs de fumée.
 
Mais l’abus ne s’arrête malheureusement pas là. En effet, le pire reste à venir.
 
  1. Une offre honteuse

Nous citons bien souvent sur notre site internet des abus qui sont à peine croyables. Mais là, nous avons dépassé un nouveau seuil où une commerciale d’ISTA se permet de présenter des prestations qui n’ont, concrètement, aucun intérêt.
 
Voici donc ce que comprend la proposition commerciale d’ISTA :
 
  • la fourniture en location et l’installation des détecteurs EN 14604 (norme européenne) ;
  • la vérification par télédiagnostics du bon fonctionnement des appareils ;
  • l’entretien des appareils ;
  • la mise à disposition du gestionnaire sur le portail internet - www.ista-webconso.fr - d’un espace individuel sécurisé lui permettant de consulter les prestations et d’éditer une attestation de bon fonctionnement en cas de changement de locataire ;
  • l’émission et la fourniture - toujours sur le portail Internet web’conso - d’un état récapitulatif semestriel des détecteurs installés et de leur état de fonctionnement ;
  • l’édition et la fourniture à l’occupant – lors de l’installation - d’une attestation de pose (à remettre à son assureur) ;
  • fourniture également à l’occupant du logement d’un manuel d’installation et la notice du fabricant.
 
Un joli pack, qui à l’exception de la pose ne sert strictement à rien, si ce n’est de justifier un coût de la prestation à un prix inadmissible (voir point II).
 
En effet, il est question d’un « télédiagnostic » pour s’assurer du bon fonctionnement de l’appareil alors que cela ne se justifie nullement. En effet, en cas de pile usagée le détecteur de fumée émet un signal sonore.
 
Quant à l’entretien de l’appareil, il est rudimentaire puisqu’il suffit de passer un coup de chiffon sur les capteurs.
 
Et pour finir, le portail internet est tout simplement grotesque sachant qu’il n’y a aucun document essentiel qui évoluerait justifiant un accès permanent. Et pour cause, l’utilisateur a uniquement besoin de l’attestation de pose qu’il doit remettre à son assureur et éventuellement de la notice d’utilisation que l’on retrouve d’ailleurs dans la plupart des cas sur internet.
 
Bref, comme on le voit, ISTA n’a pas peur du ridicule, mais en plus prend les copropriétés pour des  « éléphantes à lait ».
 
  1. Un tarif inacceptable

La proposition tarifaire se décompose en deux prestations.
 
La première consiste à facturer pour chaque détecteur de fumée un coût de 14,19 euros pour « une étude préalable à l’installation des détecteurs de fumée ».
 
À cela s’ajoute un coût  unitaire de 19,58 euros par an pour la location, l’entretien, et le télédiagnostic.
 
Ce coût s’entend pour une durée de contrat de location de 10 ans, ce qui revient donc à payer le détecteur de fumée 209,99 euros.
 
Ce prix ne comprend que la location du matériel et non son acquisition. Autrement dit, à l’issue de ces 10 ans, le syndic sera alors soit tenu de reconduire le contrat, soit tenu  de demander aux copropriétaires d’acheter un nouveau détecteur de fumée.
 
Rappelons qu’un détecteur de fumée ayant une autonomie de 10 ans, coûte entre 30 et 50 euros. 
 
Cerise sur le gâteau, tout passage supplémentaire sera facturé 108 euros TTC par logement à titre de frais de déplacement.
 
Eh oui, chez ISTA c’est tous les jours Noël.

 

  1. Le pire reste à venir ?

 
Rappelons qu’ISTA est leader du comptage de l’eau et du chauffage…
Autant dire que le pire reste à venir avec « le nouveau marché » de l'installation des répartiteurs de frais de chaleur qui va s’ouvrir suite à l’adoption de la loi pour la transition énergétique.
 
A ce sujet, nous renvoyons tous ceux qui n’auront pas la chance d’assister à nos conférences de jeudi après-midi lors du Salon Indépendant de l’ARC (http://www.salon-copropriete-arc.fr) vers nos articles (recensés dans l’article « Les répartiteurs de frais de chauffage : oui l’ARC se base sur des faits bien étayés » : www.arc-copro.com/njiy).
 
 
Pour toute demande d’assistance, bien vouloir appeler Copropriété-Services au 01.40.30.42.82 ou envoyer un mail à sostechnique@arc-copro.fr.