ABUS DE LA SEMAINE N° 4192 : Citya Menton des tarifs qui font bondir !

Version imprimableEnvoyer par email
Abus
07/02/2017

ABUS DE LA SEMAINE N° 4192 :

Citya Menton des tarifs qui font bondir !

 
À plusieurs reprises, nous avons expliqué que les honoraires de base du syndic ne devaient pas être les seuls éléments à prendre en considération au moment de sélectionner un contrat.
 
En effet, au-delà des compétences du cabinet et des collaborateurs, de la présentation de l’infrastructure, il faut contrôler précisément le contenu du contrat (prestations incluses dans le forfait de base, et le coût des tâches supplémentaires, horaires de tenue d’assemblée générale...).
 
Fidèles à leurs pratiques et malgré le nouveau contrat type, il est en effet de plus en plus fréquent de constater de la part des syndics « des feintes commerciales », leur permettant de rattraper le « prix d’appel » des honoraires de base par des coûts exorbitants pour les prestations supplémentaires.
 
Voyons ici le cas du contrat du cabinet Citya Menton qui présente des tarifs de prestations complémentaires et privatives particulièrement scandaleux.

I. Un coût record de l’immatriculation des copropriétés

Nous avons déjà expliqué que l’immatriculation initiale des copropriétés prend aux syndics « à tout casser » une trentaine de minutes (voir : www.arc-copro.com/ap9s).
 
Malgré cela, pour réaliser cette prestation, le cabinet Citya Menton prévoit dans son contrat un coût de 1 800 euros. Oui, vous avez bien lu. Mille-huit-cents euros, pour une intervention d’une demi-heure.
 
Pour les nostalgiques des francs, cela représente également la « modique » somme de 11.807 francs.
 
Plus actuel, sachant que le SMIC mensuel (35 heures) est à 1 480 € brut, ça laisse rêveur…
 
Sans transition, passons d’un record à un autre.

II. Le coût indécent de l’établissement de l’état daté

Certains se posent la question : mais pourquoi l’ARC continue-t-elle à faire pression auprès des pouvoirs publics pour qu’un décret définisse le montant maximal des prestations privatives facturées par le syndic ?
 
Après avoir pris connaissance du coût de l’établissement de l’état daté facturé par le cabinet Citya Menton, il est certain que la question ne se posera plus.
 
En effet, ce syndic le facture 840 euros ! Ainsi, ce document qui se génère quasi automatiquement a connu en quelques années une inflation atteignant des niveaux sans commune mesure avec le travail réel effectué par le cabinet.
 
Ce qui est le plus consternant, c’est que l’établissement de ce document reste un monopole du syndic, obligeant inéluctablement le copropriétaire vendeur à passer par lui.

III. La morale de l’histoire

Le contrat de CITYA Menton est la démonstration que la négociation des seuls honoraires de base n’est pas suffisante pour sélectionner un syndic.
 
Ainsi, si ce contrat présente un forfait de 800 euros moins cher que le concurrent, la simple facturation de l’immatriculation initiale rattrape à elle seule les honoraires « d’appel » du forfait.
 
Restez donc extrêmement vigilant surtout lorsqu’il s’agit d’un contrat émanant d’un grand groupe de syndic : regardez attentivement le prix des prestations individuelles et des prestations « hors forfait » afin d’éviter une déconvenue « salée » en fin d’exercice comptable.