ABUS N° 3266 LOISELET et le mélange des genres (suite)

Version imprimableEnvoyer par email
Abus
18/10/2012

ABUS N° 3266 LOISELET et le mélange des genres (suite)

 
À la suite de notre récent abus Abus n°3258 « Syndics et associations de copropriétaires :  chacun à sa place. Le cas LOISELET » plusieurs présidents de conseils syndicaux adhérents à l’ARC nous ont fait part de leur étonnement, voire de leur indignation.
Voici copie des extraits d’un mail adressé par un président de conseil syndical au Président directeur général du groupe, Philippe LOISELET :
« Je suis scandalisé.
Au nom de quoi vous permettez-vous d’utiliser votre fonction de syndic pour imposer à vos clients une publicité concernant une association de propriétaires (dont l’un des buts serait pourtant de mettre en évidence les irrégularités des syndics, dont les vôtres).
Cette publicité est-elle payante ? Ça en a tout l’air : dans ce cas vous serez bien inspiré de déduire cette publicité de vos honoraires. Est-elle gratuite ? Ce serait inquiétant, car cela attesterait d’une certaine collusion entre vous et cette association.
Et demain, vous allez faire de la publicité pour Bouygues, Télécom, GAZ-Machin, Les Prêts Immobiliers TRUC, le Figaro-magazine ?
Mais pour qui vous prenez-vous (...) ? ».
Un autre adhérent nous écrit :
 
« Je ne connais pas ces gens (en parlant de l’unpi), mais apparemment ils sont très proches de LOISELET. On se demande d’ailleurs comment cette « proximité » leur permet de défendre vraiment « les intérêts » de leurs adhérents ».
 
 
Curieux, en effet, combien, certains syndics, aiment certaines associations. Et comme le groupe LOISELET et les syndics dans son genre, seraient tranquilles s’il n’y avait pas l’ARC et l’UNARC !
 
Vraiment désolés, pour eux.