CITYA, Philippe BRIAND et l’ARC

Version imprimableEnvoyer par email
Actualités
31/07/2014

CITYA, Philippe BRIAND et l’ARC 

 
 
Philippe BRIAND, président directeur général de CITYA (qui a racheté URBANIA) reste semblable à lui-même :
 
  • Il y a près de trois mois (le 1er mai) nous avons publié un article sur ses créations « entrepreneuriales » (voir : www.unarc.fr/w67g), ceci après avoir publié une centaine d’articles sur les irrégularités voire plus de CITYA.
 
  • Aucun droit de réponse ne nous a été adressé (et pour cause).
 
  • Or le 29 juillet - soit trois mois presque après la publication et trois jours avant la fermeture annuelle de l’ARC - Monsieur Philippe BRIAND nous assigne.
 
  • Pourquoi si tard ? Parce que nous avons DIX jours après le commandement d’huissier pour répondre, à défaut de quoi les juges risquent de déclarer nos réponses hors délais. Monsieur Philippe BRIAND comptait sans doute sur la fermeture de l’ARC pour être tranquille.
 
Monsieur Philipe BRIAND a fait un mauvais calcul :
 
  • notre président va repousser ses vacances (déjà écourtées) pour répondre à Monsieur Philipe BRIAND.
  • Notre directeur général - pourtant éprouvé par une année « ALUR » va lui aussi rogner sur ses congés pour aider le président.
  • Notre avocat - à la loyauté indéfectible au service des copropriétés - va revenir de vacances.
 
ET… NOUS… ALLONS… RÉPLIQUER !
 
Comme nous l’avons déjà écrit, nous pourrions faire un site complet consacré aux pratiques et diverses irrégularités ou illégalités de CITYA.
 
En nous assignant, CITYA nous laisse sereins.
 
Nous allons, enfin, pouvoir aller au bout des affaires « CITYA », des affaires de CITYA.
 
ADHÉRENT ARC, non-adhérents ARC, c’est la mobilisation.
 
Adressez-nous :
 
  • vos témoignages (souvent de colère),
  • les illégalités et nombreuses entorses constatées dans la gestion de ce syndic ;
  • le descriptif des « mauvais coups » que ce syndic inflige aux copropriétaires.
 
Si Monsieur Philippe BRIAND veut parler des problèmes des copropriétaires, alors nous allons en parler.