L’ARC, le choix de la banque et les petits syndics

Version imprimableEnvoyer par email
Actualités
28/11/2013

L’ARC, le choix de la banque et les petits syndics

 
Certains grands syndics commencent une nouvelle ACTION. Celle-ci a pour but de faire croire que la disposition qui permet à l’assemblé générale de choisir la banque entraînera à la longue la mort des petits syndics. Ils affirment qu’il est impossible de demander à un syndic de gérer une banque par copropriété. Ils complètent en disant qu’un syndic ne peut pas sur son logiciel développer des interfaces spécifiques pour quatre cent banques. Des arguments qui peuvent effectivement de prime abord faire « mouche ».
 
Cependant, nous allons démontrer que ces raisonnements sont infondés, car d’une part, il n’est pas question de mettre automatiquement la banque du syndic en concurrence et d’autre part, il n’existe tout simplement pas quatre cent banques spécialisées en copropriété mais au maximum une vingtaine.
 
Nous allons donc à travers quatre chroniques différentes reprendre les arguments des syndics en démontrant pourquoi ils ne peuvent pas être considérés comme valables:
 
Voici les thèmes :
 
  • Pourquoi le compte unique est le plus répandu, alors que le compte séparé est la loi ? Quels sont les principaux abus actuels en matière de faux vrai compte séparé ?
 
  • Pourquoi il faut donner au syndicat des copropriétaires la possibilité de mettre en concurrence la banque du syndic et pourquoi, si la banque de syndic répond aux demandes des copropriétés, il n’ y aura aucune raison pour elles d’aller ailleurs
 
  • Quels sont les conditions et services bancaires à contrôler et à mettre en concurrence ?
 
  • En quoi la possibilité de mise en concurrence des banques sera au final vertueuse pour les copropriétés et pour les administrateurs de biens, y compris les petits ?
 
Avoir la possibilité de mettre en concurrence la banque du syndic, c’est le seul moyen pour éviter d’être otage du syndic plus banquier. Et si le syndic et sa banque sont transparents et concurrentiels les copropriétés se feront un plaisir de rester avec eux.
 
A travers ces différents dossiers, vous comprendrez que cette disposition n’entraînera pas la mort des petits syndics mais qu’au contraire, elle neutralisera les accords qu’avaient les gros syndics avec leur banque notamment en matière de rémunération financière. Les petits syndics seront, alors, en mesure de pouvoir concurrencer les gros syndics dans un marché qui deviendra « sain » et transparent.
 
Dés la semaine prochaine sera abordé le premier thème.