Les manquements des ascensoristes à leurs obligations : les bons conseils de l’ARC

Version imprimableEnvoyer par email
Actualités
21/11/2014

Les manquements des ascensoristes à leurs obligations : les bons conseils de l’ARC

 

 

En attendant la réunion avec le ministère concernant le bilan fait par les bureaux de contrôle et d’études suite à la mise en sécurité des ascenseurs (voir : « L’ARC, le ministère du Logement, les bureaux d’études, les ascensoristes et les ascenseurs »  www.unarc.fr/cmwb), nous avons demandé à l’un des bureaux d’études référencés par la coopérative de l’ARC - Copropriétés-services - et certifié SGS de nous donner son point de vue.

Comme vous allez le voir, il y a une  convergence totale et inquiétante d’analyse avec l’étude du ministère (que nous diffuserons intégralement si nous en avons l’autorisation).

Voici le mail du bureau d’études adressé au directeur général de l’ARC.

« Bonjour Monsieur le Directeur,

Les anomalies nombreuses relevées par le ministère en matière de maintenance et/ou de travaux facturés mais non réalisés, rejoignent  tout à fait mon expérience.

Pour satisfaire à votre demande, voici, de mon côté, une liste - non exhaustive- des anomalies répertoriées dans les contrôles techniques qui ont été effectués, ces anomalies reviennent régulièrement (ce qui est d’autant moins admissible que la maintenance correspondante fait partie intégrante du contrat d'entretien étendu) :

  • téléalarme qui fonctionne mal ou pas du tout (batterie de secours à remplacer, N° de téléphone à (re)programmer, identification de la ligne impossible,  pictogrammes en cabine qui ne fonctionnent pas, liaison phonique non audible ou larsen, systèmes verrouillés par les majors).
  • Éclairage secours en cabine qui ne fonctionne pas.
  • Éclairage secours en machinerie qui ne fonctionne pas.
  • Contact de choc sur la porte cabine mal réglé.
  • Câbles de traction à raccourcir ou à remplacer.
  • Toit cabine à nettoyer.
  • Fins de courses non opérationnels.
  • Précisions d'arrêts insuffisantes.
  • Capot  sur les serrures palières démontés.
  • Fusibles shuntés en armoire.
  • Suintement d'huile sur le moteur.
  • Gorges usées sur la poulie de traction.
  • Passages des visites d'entretiens > à 6 semaines.
  • Études des risques absentes.
  • Des fermes-portes paliers qui claquent.
  • Des voyants grillés.
  • Des galets de portes palières défectueux.
  • Des serrures palières qui déverrouillent mal à l'étage,
….
 
Un seul chiffre résume la situation, en 2013 j'ai réalisé 149 contrôles techniques. Or, 93,3 % présentait au moins une anomalie.
 
Je précise également qu'un nombre (important) d'anomalies est dû aux travaux réalisés, car de bonne foi les copropriétaires ont fait confiance à l'ascensoriste et lors du contrôle technique je constate que les obligations réglementaires ont été facturées, mais réalisées de manière incomplète.
 
L'assistance à maîtrise d'ouvrage supprime cette problématique.
 
Vous en souhaitant bonne réception.
Recevez, Monsieur le Directeur, l’assurance de mes sentiments les meilleurs ».
 
 

Conclusion :

 

1. il y a toujours beaucoup de problèmes de maintenance.

 

2. Votre copropriété a tout intérêt à avoir un bon et loyal bureau de contrôle « quinquennal » (comme ceux référencés par l’ARC) si vous voulez maîtriser votre ascensoriste.

 

3. N’hésitez pas à vérifier (avec ce bureau d’études) si tous les travaux commandés ont bien été exécutés …