Le livre blanc des 20 + 1 abus

Version imprimableEnvoyer par email
Edition : 
2016
Prix : 
5 €

Le livre blanc des 20 + 1 abus

 
Malgré la loi ALUR et les différents décrets d’application entrés dernièrement en vigueur, on constate que le nombre d’abus commis (principalement par les syndics professionnels mais aussi par les sociétés intervenant dans les copropriétés) ne cesse d’augmenter.

En effet, qu’elles relèvent du Code de déontologie, du contrat type réglementaire, de l’obligation d’ouvrir un compte bancaire séparé sans dérogation, les syndics continuent à s’émanciper des dispositions législatives et réglementaires tout en augmentant leurs honoraires.

Les techniques employées sont multiples. La plupart du temps, les syndics s’appuyent d’une manière ou une autre sur des «  pseudos dispositions légales » pour inciter les copropriétaires, lors de l’assemblée générale, à voter une résolution intéressante pour eux.

Face à ces agissements, il est essentiel que le conseil syndical soit formé et averti pour qu’il puisse contrer les stratégies des syndics, cela afin d’éviter que le syndicat des copropriétaires ne se retrouve abusé.

Nous allons donc, à travers ce «  livre blanc », reprendre les abus les plus importants et les plus fréquents commis par les syndics en donnant au lecteur les conseils pour les contourner.

Bien évidemment, ne seront pas abordées dans ce guide les carences chroniques du syndic. Généralement, elles se concrétisent par l’absence de réponses ou de remises de pièces (que ce soit comptables, juridiques ou techniques) demandées par le conseil syndical, ou bien par le manque de diligence pour défendre les intérêts de ses copropriétés mandantes.

Voyons donc sans plus tarder les vingt abus les plus récurrents
2016
PRIX : 5€ plus 1.50 € de frais de port