ABUS 3745 Pratique commerciale trompeuse « by numericable » ? Jugez-en

Version imprimableEnvoyer par email
Abus
24/07/2014

ABUS 3745 Pratique commerciale trompeuse « by numericable » ? Jugez-en

 
 
 
I – « CORPUS DELICTI »…
 
Le « corps du délit », comme disent les pages roses de votre dictionnaire est cette publicité que chacun peut voir s'afficher dans les rues de sa commune ou sur les panneaux du métro. En vedette, la grosse « brique noire » d'une box Numericable et la mention « La fibre s'installe à Issy-les-Moulineaux », « au Kremlin-Bicêtre » ou ailleurs…. Or, sous son apparence anodine, cette publicité recèle certaines informations trompeuses… Décodage avec l'ARC.
 
II - Une « box fibre » allergique a la fibre
 
Sur l'afficheur de la « brique noire », la mention « La box fibre BY NUMERICABLE ». Passons sur le franglais non traduit qui, pour d'obscures raisons de marketing, semble échapper aux obligations de traduction de toute publicité comportant une mention en langue étrangère.
Par contre, carton rouge pour la mention « La box fibre », car nous offrons un magnum de champagne au premier adhérent qui trouve sur la "brique noire" une entrée fibre compatible avec les réseaux Très Haut Débit FttH…. Bon, nous ne risquons pas de vider notre cave, car, si la publicité montrait l'arrière de la dite brique, chacun constaterait que la seule entrée réseau Très Haut Débit est une prise coaxiale type « F » marquée « entrée câble ». D'ailleurs, le « guide d'installation rapide » précise bien « Branchez directement le câble blanc à l'entrée câble situé derrière La Box Fibre et à votre prise murale TV Numericable ». Alors, où est la fibre dans tout cela ?
 
III - Un réseau fibre qui a la saveur du câble…
 
Passons encore sur la mention « La fibre s'installe à… » alors que, s'agissant des deux communes précédemment évoquées - par exemple - d'autre opérateurs n'ont pas attendu Numericable pour déployer leurs réseaux fibre en « vraie » fibre, celle qui va jusqu'à votre box… dite « FttH »….
En fait, Numericable se contente de poursuivre ce qu'il a commencé il y a six ans et qui avait déclenché un tollé général à l'époque : amener une fibre au pied du réseau câblé d'un immeuble et décréter ainsi qu'il est fibré. C'est un peu comme si France Télécom vous disait que votre téléphone est fibré au motif que l'opérateur historique utilise des « dorsales » en fibre pour distribuer ses services à travers le pays !!! Sauf que, compte tenu de ce tollé, Numericable faisait ce fibrage en toute discrétion dans le passé, voire même « à l'insu du plein gré des copropriétés ». Alors que maintenant, compte tenu de la montée en puissance de la "vraie" fibre FttH, il en fait un argument publicitaire en n'hésitant pas à ajouter « Zone fibrée Très Haut Débit » dans le bas de ses affiches.
 
IV - … mais non celle de la fibre
 
En effet, dès le seuil de l'immeuble, la fibre est raccordée au réseau câblé de l'immeuble qui subit dès lors les limites liées à tout conducteur en cuivre du fait de sa résistance… et notamment un débit qui plafonne rapidement au-delà de quelques centaines de Mb/s (mégabits/seconde), là où un réseau « tout fibre » FttH permet d'espérer des débits théoriques mille fois supérieurs.
 
Mais ce n'est pas tout, car Numericable oublie également de vous dire :
  • que son réseau n'est pas mutualisable avec ceux des opérateurs FttH : donc, si vous espérez migrer votre abonnement ADSL Free, Orange ou SFR sur ce réseau, oubliez vite cette idée, car vous n'aurez le choix qu'entre les offres de Numericable et de Numericable, dont les abonnements sont réputés peu concurrentiels,
  • que ses débits montants (plus faibles) n'atteignent que 5 Mb/s là où certains concurrents proposent des débits montants dix fois supérieurs : or, avec le développement du stockage dans le « Cloud » et des applications multimédia, ces débits montants seront progressivement aussi importants que les débits descendants.
 
S'agissant des débits et si un doute devait subsister, référons nous à l'enquête semestrielle (*) du site DegroupTest qui, par définition, mesure les débits dans des conditions réelles au niveau des abonnés et non en sortie de fibre comme le fait Numéricable. Les résultats de l'étude sont révélateurs :
 
  • là où les opérateurs fibre FttH assurent des débits descendants situés entre 50,4 et 40,8 Mb/s pour les offres « 100 Mégas », Numericable n'offre que 38,2 Mb/s…,
  • écart accru pour l'offre « 30 Mégas » de Numericable qui plafonne en pratique à 15,2 Mb/s, soit moins que l'ADSL2+ le plus performant… ; quand on sait que cette offre - pourtant classifiée « Très Haut Débit » par l'ARCEP (sic) - n'utilise que le câble, on comprend pourquoi cette section « cuivre » fait considérablement et fort logiquement chuter les débits…,
  • quant au débit montant, l'enquête DegroupTest est sans appel : là où Free assure 44,6 Mb/s pour « 50 Mégas » annoncés, Numericable n'obtient que 4,2 Mb/s pour les « 5 Mégas » discrètement évoqués dans les petites lettres de la brochure… celles qu'on lit quand il est trop tard.
 
Soyons clairs, notre propos n'est nullement de dénigrer telle technologie au profit de telle autre.
Mais il est simplement de « remettre les pendules à l'heure » au moment où cet opérateur tente d'utiliser abusivement le mot magique de « fibre » pour tenter de maintenir une technologie frappée d'obsolescence à plus ou moins court terme, et d'éviter ainsi que nos adhérents soient abusés par une publicité qui sacrifie la réalité sur l'autel du marketing.
Mais, direz-vous, ce réseau mixte fibre / câble (dit FttLa) a l'avantage d'éviter la signature d'une convention fibre avec l'opérateur et toutes les difficultés associées. Objectivement, ceci est vrai… sauf que le déploiement du réseau câblé fut réalisé en imposant en 1987 à nombre de copropriétés une servitude d'implantation très contraignante. Si contraignante que nombre de nos adhérents n'arrivent pas à se débarrasser des P.A.R. (Points d'Amplification et de Répartition) appartenant désormais à Numericable et générant tout à la fois encombrement de leurs parties communes, nuisances environnementales et servitudes 24h/24, 7j/7 incompatibles avec le caractère privé de la copropriété. En d'autres termes, une convention forcée sans accord du syndicat des copropriétaires…
 
V - Pratique commerciale trompeuse ?
 
Comme vous pouvez le constater, l'analyse d'une simple affiche porte en effet à s'interroger sur cette question.
Rappelons que l'article L 121-1 du Code de la Consommation définit une pratique commerciale comme trompeuse « si elle est commise dans l'une des circonstances suivantes :
 
1° Lorsqu'elle crée une confusion avec un autre bien ou service…
2° Lorsqu'elle repose sur des allégations, indications ou présentations fausses ou de nature à induire en erreur et portant sur l'un ou plusieurs des éléments suivants :
a) L'existence, la disponibilité ou la nature du bien ou du service ;
b) Les caractéristiques essentielles du bien ou du service… »
 
Compte tenu des éléments précédemment évoqués, nous vous laissons le soin de juger si le point d'interrogation que nous avons ajouté à notre titre s'impose vraiment.
Dans ces conditions, nous sommes surpris que l'ARCEP (Autorité de Régulation), la DGCCRF ou même les associations de consommateurs ne s'intéressent pas plus à ce type d'informations trompeuses qui ne peuvent qu'induire en erreur un usager n'ayant pas les connaissances techniques nécessaires.
S'agissant de l'ARCEP, précisons que celle-ci n'hésite pas depuis deux ans à intégrer dans les statistiques du Très Haut Débit les abonnements « 30 Mégas » de Numericable, dont nous avons vu qu'ils n'utilisent pas la fibre le plus souvent et que leurs débits moyens sont inférieurs aux meilleurs débits ADSL2+. Sans doute faut-il voir dans cette bienveillance le fait que l'Autorité utilise ce petit accommodement pour gonfler des chiffres de déploiement THD qui en ont bien besoin…
 
Jean de La Fontaine évoquait déjà « La grenouille qui veut se faire aussi grosse que le bœuf »… sa sagesse est toujours d'actualité dans le domaine du Très Haut Débit…
 
 
(*)   Source baromètre DegroupTest - 1° semestre 2013