ABUS DE LA SEMAINE N°4107 Cabinet FARCOT : alerte aux factures fausses et inutiles

Version imprimableEnvoyer par email
Abus
10/05/2016

ABUS DE LA SEMAINE N°4107

Cabinet FARCOT : alerte aux factures fausses et inutiles

Nous avons publié sur notre site internet un abus particulièrement grave qui alertait sur les pratiques de certains syndics qui font supporter au syndicat des copropriétaires de fausses factures pour des prestations inexistantes (abus n° 4092 www.arc-copro.com/42uc).
 
Nous avons alors indiqué que ce cas était exceptionnel et qu’il ne reflétait pas la situation générale.
 
Néanmoins, lorsqu’un syndic cumule sur une même copropriété l’imputation de fausses factures, de factures illégales et de factures inutiles ou abusives, on ne peut qu’être outrés, constatant qu’un nouveau cap est passé.
 
De quoi et de qui s’agit-il ? Il s’agit du cabinet Farcot, dont le siège social est au 83, rue Michel Ange, 75016 Paris (nous verrons que cette adresse a toute son importance).
 
Précisons le contenu de ce grave abus.
 

I. Une copropriété neuve qui supporte des diagnostics plomb, amiante et plomb dans l’eau

Le cabinet FARCOT a récupéré la gestion d’une copropriété neuve livrée en 2014 à laquelle il a imputé la réalisation de diagnostics plomb, amiante, termites et plomb dans l’eau pour un montant de 1200 euros, réalisés par la société ADDIP.
 
Or, rappelons que, les immeubles construits après le 1er juillet 1997 ne peuvent plus être construits, même partiellement, avec des éléments en amiante. Quant au plomb dans la peinture, cela a été prohibé pour tous les immeubles construits depuis le 1er janvier 1949. Concernant le plomb dans l’eau, il faut espérer que les canalisations de cet immeuble neuf ne sont pas en plomb…
 
Voici donc la situation : soit ces diagnostics n’ont jamais eu lieu, soit le syndic et la société qui est intervenue sont de connivence pour faire supporter à la copropriété des prestations « bidons ».
 
Nous allons donc interroger cette société pour connaître sa position.
 
C’est tout ? Sûrement pas.
 

II. Le retour des fausses factures sur cette même copropriété

 
La comptabilité de cette copropriété présente l’imputation d’une facture émanant d’une société se prénommant « Burotic » pour un montant de 1140 euros. Les prestations sont variées : gestion des archives, numérisation, extranet, demande d’ICS.
 
Or, comme nous l’avons dénoncé dans l’abus n° 4092 www.arc-copro.com/42uc cette société est inexistante.
 
Il s’agit en effet d’une société fictive. Mais alors, qui a récupéré cet argent ?
 
Le torchon commence sérieusement à brûler entre le cabinet FARCOT et les copropriétaires...
 
C’est tout ? Eh bien non !
 

III. Des factures inutiles

 
Alors que cette copropriété n’a pas d’employé d’immeuble et fait appel à une société de nettoyage, le syndic a imputé deux factures liées à la gestion du personnel pour un montant de 2 505,60 €.
 
La première concerne la réalisation d’un plan de prévention des risques (pour 1 357,20 €) et la seconde une prestation pour évaluer les risques professionnels (1 148,40 €)… cherchez l’erreur !
 
Ainsi, ce syndic a facturé à la copropriété 2 505,60 € de prestations inexistantes. Ce qui est troublant, c’est que la société qui a réalisé cette prestation se situe à la même adresse que le siège social du cabinet FARCOT…
 
Devant ces agissements particulièrement graves, l’ARC va saisir d’urgence la Direction Générale de la Concurrence de la Consommation et de la Répression des Fraudes  (DGCCRF) afin de les alerter de ces nouvelles pratiques .