ABUS N° 4345 : Le cabinet « Reflet Immobilier » Il reflète surtout la facturation à outrance

Version imprimableEnvoyer par email
Abus
23/03/2018

ABUS N° 4345 :  Le cabinet « Reflet Immobilier »

Il reflète surtout la facturation à outrance

 
Nous sommes toujours intéressés par un  contrôle des contrats de syndic se prévalant d’une affiliation FNAIM et qui, en plus, ont une dénomination sociale accrocheuse ou revendicative. C’est le cas du cabinet « Reflet Immobilier ».
 
Ainsi, comme nous allons le constater, même si le contrat ne comporte pas d’illégalités les tarifs proposés sont surréalistes, et nous y constatons de véritables grands écarts dignes d’un gymnaste.

I. Des pénalités à moins de dix centimes

Le point 6 du contrat type prévoit des pénalités à l’égard du syndic lorsque ce dernier refuse ou tarde à remettre au copropriétaire demandeur la fiche synthétique de l’immeuble.
 
Bien que ces pénalités ne soient applicables qu’au-delà d’un délai de quinze jours après la demande initiale, la plupart des syndics doivent sûrement penser que les copropriétaires font l’aumône puisque le coût indiqué est d’un euro.
 
Néanmoins, le cabiner « Reflet Immobilier » a fait encore plus fort. C’est simple, on a presque honte d’indiquer le coût qu’il a osé mentionner dans son contrat.
 
Même pas cinquante centimes. À vrai dire, même pas vingt ni dix, mais sept centimes.
 
À titre de preuve, voici la clause en question:
 
 
Oui, la pièce en acier plaqué cuivre de 5 centimes à laquelle on rajoute celle de 2 centimes.
 
 
Peut-être pourrait-on penser qu’il ne sait pas compter ?
 
Et pourtant, lorsqu’il s’agit de facturer la mise en demeure à un tiers par lettre recommandée, on passe dans un autre monde.

II. Une lettre recommandée à plus de 100 euros

À combien peut-on facturer une mise en demeure envoyée par lettre recommandée avec accusé de réception? Pour information, le coût facturé par la poste varie en fonction de l’épaisseur du courrier de 5 à 10 euros.
 
Néanmoins, le syndic « Reflet Immobilier » facture celle-ci plus de treize fois plus cher avec un coût indiqué dans son contrat de 132 euros. Pour les nostalgiques, cela représente 865 francs.
 
 
À ce prix-là, une question nous brûle les lèvres : A combien facture-t-il l’état daté ?
 
Et bien à 390 euros, auxquels s’ajoutent 540 euros en cas d’opposition sur mutation, soit un coût global de 930 euros.
 
 
Il n’y a plus qu’à espérer que le reflet du cabinet « Reflet Immobilier » n’atteigne pas d’autres syndics...