Les qualités de l'administrateur en Copropriété... au Québec

Version imprimableEnvoyer par email
Actualités
06/02/2015

« Les qualités de l'administrateur en Copropriété... au Québec »

 
Un de nos adhérents nous a adressé un article d’une revue québécoise qui essaie de donner quelques idées pour analyser le profil d’un gestionnaire de copropriété.
 
Nous reproduisons cet article, assez vivifiant.
 
On remarquera qu’une qualité - pourtant importante, à savoir la COMPÉTENCE - n’est pas prise en compte.
 
Pourquoi ? Mais parce que, pour les Québécois, la compétence va de soi… Heureux québécois.
 
Voici le texte de notre cousin :
 
« Le Code civil du Québec énumère de manière succincte, mais juste, les qualités intrinsèques d’un bon administrateur.
 
« On peut y lire que l’administrateur, à titre de mandataire du syndicat, doit agir avec prudence, diligence, honnêteté et loyauté. La personnification de ces qualités constitue l’un des défis auxquels est confronté quotidiennement tout administrateur. Ces préceptes doivent toujours guider sa conduite, que ce soit dans le cadre d’un dossier complexe ou lors d’une simple conversation. Voyons de plus près en quoi consistent ces valeurs et comment elles se manifestent.
 
« La prudence nous enseigne qu’il faut longuement réfléchir à la portée de nos paroles et aux conséquences de nos gestes. Si nous avons une décision importante à prendre, il ne faut pas hésiter à solliciter l’avis des autres ou d’un expert. On ne peut pas tout connaître : ignorer l’aspect légal ou technique d’un dossier peut avoir une incidence majeure sur son dénouement.
 
« La diligence nous rappelle que la procrastination (remettre au lendemain ce qui doit être fait aujourd’hui) n’a pas sa place, mais que la réactivité doit être une préoccupation omniprésente. Comme dit le vieil adage : «Pourquoi remettre à demain ce que l’on peut faire aujourd'hui ?» Lorsqu’on vous signale une situation problématique, il faut réagir promptement tout en se conformant à la procédure établie.
 
« L’honnêteté nous enseigne qu’il faut tenir un discours franc et avoir un comportement irréprochable. En effet, nous devons traiter tout dossier qui nous est soumis avec impartialité et équité. Quoique la discrétion soit de mise dans certaines situations, votre style de gestion doit toujours être transparent.
 
« Enfin, quant à la loyauté, cette dernière nous apprend à rester fidèles à ceux envers qui nous nous sommes engagés. Il est primordial de dénoncer tout conflit d’intérêts qui pourrait exister ou être perçu comme tel. L’administrateur est élu par à l’assemblée des copropriétaires et, de ce fait, l’intérêt de la copropriété doit toujours l’emporter.
 
« À première vue, ces quatre critères que nous venons d’évoquer pourraient très certainement servir de fondement à un futur Code de déontologie auquel seraient assujettis les administrateurs. Pour le moment, en l’absence d’une telle convention, je vous propose une simple grille d’évaluation illustrée ci-dessous. En vous interrogeant sur le comportement de votre syndic ou gestionnaire et en transposant le résultat de cette réflexion sur la grille, vous obtiendrez ainsi le profil de celui-ci.
 
« Il est pertinent d’analyser le profil de son gestionnaire afin de déterminer dans quelle mesure il s’acquitte adéquatement du mandat qui lui a été confié. À vous de juger.
 
« Voici : les qualités d’un gestionnaire et leur contraire. Notez votre gestionnaire sur une grille en quatre niveaux.
 
 
Michel M…..
Président, d’un conseil syndical québécois
Hiver 2013 »
 
Commentaire de l’ARC : dans le profil ci-dessus, on a affaire à un syndic qui réfléchit (ce qui est déjà ça) mais qui est très peu réactif.
 
Par contre il est plutôt « honnête » et « loyal ».
 
Michel M…. doit être content.
 
Et le vôtre ?