Une étude instructive lancée par l'union des syndicats de l'immobilier : l'UNIS

Version imprimableEnvoyer par email
Actualités
15/12/2017

Une étude instructive lancée par l'union des syndicats de l'immobilier : l'UNIS

 
Entre le 12 et le 19 septembre dernier, l'UNIS a lancé une étude très instructive sur la perception des usagers vis-à-vis des professionnels de l'immobilier et, bien sûr, des syndics. 
 
Nous pouvons sincèrement saluer la publication de cette enquête, car, comme on va le constater, elle confirme le malaise perceptible dans cette profession.
 
Voyons donc quelques résultats qui sont particulièrement évocateurs :
 
 
 
 
Ce résultat est sans appel puisque 56%  des personnes interrogées ont une mauvaise voire très mauvaise opinion de leur syndic et seulement 29% une bonne opinion.
 
Il est donc essentiel que cette profession se remette en question et que les pouvoirs publics comprennent que la réforme du droit de la copropriété doit inéluctablement passer par une adaptation du statut des syndics.
 
 
 
 
Ce résultat met en évidence une critique constante à l’égard des syndics, qui est le manque de transparence dans leur gestion et dans les documents qu’ils remettent aux copropriétaires et conseillers syndicaux.
 
Cela est le facteur principal de la suspicion de ces derniers vis-à-vis de leur syndic sur la bonne gestion de l’immeuble.
 
Et pourtant, le législateur a bien prévu une obligation pour le syndic de mettre à la disposition du conseil syndical et des copropriétaires un extranet leur permettant d’avoir accès à l’information.
 
Néanmoins, il semble que l’objectif ne soit pas atteint, sûrement du fait que le syndic refuse de mettre en ligne  les documents stratégiques de la copropriété.
 
C’est pour cela que nous demandons aux pouvoirs publics d’imposer légalement les documents minimums qui devront figurer dans cet extranet, afin d’instaurer une sérénité dans les relations entre le conseil syndical et les copropriétaires avec leur syndic. 
 
 
 
 
 
 
Le résultat présenté à travers cette question est fort instructif puisqu’il confirme le constat de la précédente interrogation.
 
En effet, 61% des personnes interrogées considèrent que les syndics de copropriété n’utilisent pas suffisamment les nouvelles technologies et le digital pour permettre une meilleure communication avec le client.
 
Quant à l’assemblée générale, il est intéressant de constater que la majorité des personnes interrogées ne sont pas opposées à une assemblée générale à distance avec un vote électronique, même si cela ne crée pas un engouement particulier.
 
 
 
 
 
Il aurait été malhonnête de notre part de ne pas présenter les résultats obtenus sur la question relative aux services rendus par le syndic.
 
En effet, les résultats présentent qu’une majorité des personnes interrogées seraient plutôt voire tout à fait satisfaites des prestations assurées par les syndics.
 
Néanmoins, ce constat nous semble en contradiction avec les résultats précédents puisqu’était mis en exergue le défaut d’accès à l’information avec une perception mitigée des professionnels de l'immobilier.
 
Chacun appréciera ces résultats, sachant que cette étude a été réalisée auprès de « 1000 Français, échantillon représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, en termes de sexe, âge, profession et région. ».
 
 
Pour accéder à l'intégralité de l'enquête, vous pouvez cliquer sur le lien suivant : https://unis-web.s3.amazonaws.com/uploads/ckeditor/attachments/59edf52d2244bb15760000a7/UNIS_-_IPSOS_-_Figaro_Sondage_Part_1-_2.pdf