POURQUOI LES SYNDICS ONT-ILS SI PEUR DE LA COOPÉRATIVE TECHNIQUE DE L’ARC ?

Version imprimableEnvoyer par email
Jeudi, 10 Octobre, 2013

POURQUOI LES SYNDICS ONT-ILS SI PEUR DE LA COOPÉRATIVE TECHNIQUE DE L’ARC ?

 
 
 
De plus en plus de gros syndics « grincent des dents » du fait que l’ARC mette à la disposition de ses adhérents une coopérative technique dénommée « Copropriété-Services ».
 
Cette coopérative a pour objet d’apporter aux adhérents collectifs de l’ARC, des renseignements techniques dans les différents domaines qui concernent la copropriété, mais aussi de présenter des offres concurrentes à celles proposées par les sociétés sélectionnées par les syndics.
 
Comme vous allez le constater, la coopérative technique a, ces dernières années, été extrêmement efficace puisqu’elle a pu stopper plusieurs campagnes sur des travaux inutiles, ou bien limiter des tarifs abusifs de produits ou d’équipements. Face à ce dispositif coopératif et associatif, certains gros syndics essayent de décrédibiliser l’ARC et sa coopérative en amalgamant l’objet de l’association avec celui de la coopérative. C’est ainsi que certains syndics prétendent que l’association est en fait une société commerciale déguisée.
 
Rappelons à ceux qui veulent ne rien entendre que l’accès à la coopérative technique est compris dans l’adhésion à l’ARC. Il n’y a donc pas de supplément à payer. L’adhérent est alors libre d’utiliser ou non les services que propose la coopérative dont d’ailleurs de nombreux services gratuits (voir nos livrets d’accueil du conseil syndical (www.unarc.fr/ni4i) et du syndic bénévole (www.unarc.fr/imfn). L’efficacité de la coopérative est donc principalement due à l’insuffisance des syndics professionnels.
 
  1. Les preuves de l’efficacité de la coopérative de l’ARC au cours de l’année 2013
Il serait trop long de reprendre toutes les actions mises en place par la coopérative technique qui ont permis aux copropriétés adhérentes de l’ARC de faire des économies ou de trouver des prestataires fiables. Cependant, on peut citer celles entreprises au cours de ces derniers mois :
 
  1. Encadrement de la gestion des compteurs d’eau divisionnaires : face au mécontentement grandissant des copropriétaires en matière de gestion des compteurs d’eau, et face à l’immobilisme de la plupart des syndics, la coopérative technique a négocié un contrat-cadre avec des sociétés de comptage d’eau. 
  2. Contrôle des travaux de mise en conformité des ascenseurs : grâce aux consultations que propose la coopérative technique aux adhérents de l’ARC et qui sont assurées par des bureaux d’études « ascenseurs », les travaux préconisés dans un certain nombre de cas par de gros ascensoristes se sont révélés abusifs ou inutiles. C’est ainsi que les copropriétés ont pu réaliser parfois des économies de plusieurs milliers d’euros.
 
 
  1. Négociation d’un contrat de protection juridique imbattable : la coopérative technique a négocié un contrat de protection juridique qui permet aux copropriétés de disposer des meilleures garanties (et des meilleures prises en charge des honoraires d’avocat) pour un coût nettement inférieur à celui proposé par les syndics.
  2. Maitrise des coûts des extincteurs : alors, par exemple, que les syndics font appel à des sociétés qui proposent des extincteurs vendus près de 200 €, la coopérative a négocié les mêmes extincteurs à moins de 100 €.
  3. Aide à la limitation des changements de canalisations en plomb : en proposant aux adhérents de l’ARC de procéder au préalable à une analyse sérieuse de l’eau via d’un bureau d’étude référencé par la coopérative, plusieurs copropriétés ont pu annuler des travaux de changement de canalisations (inutiles) qui pourtant étaient suggérés par des sociétés bien connues de nos visiteurs (« DEP ») choisie par le syndic.
  4. Maîtrise du coût et de l’installation de détecteurs de fumée : un certain nombre de copropriétés se sont vues proposer des contrats d’installation de détecteurs de fumée sur les parties communes avec un coût unitaire de plus de 50 €. La coopérative technique a donc alerté les adhérents de l’ARC sur l’interdiction d’installer des détecteurs de fumée sur les parties communes et a proposé aux adhérents de l’ARC des détecteurs de fumée dans les parties privatives pour un coût de seulement 15 € TTC. Ce détecteur a d’ailleurs été reconnu par la revue « 60 millions de consommateurs » comme le plus fiable.
  1. Les plans d’action à venir
Face aux nouveaux enjeux que doivent affronter les copropriétés, la coopérative technique se mobilise pour apporter aux adhérents de l’ARC une offre qui soit alternative à celle des syndics :
 
  • Tarifs du gaz : alors que le groupe Loiselet (par exemple) propose un tarif de gaz 8 % moins chers que celui du  tarif réglementé, Copropriété-Services est d'ores et déjà en mesure de proposer des tarifs entre 10 et 15 % moins cher. Cependant, la coopérative veut aller encore plus loin en mettant en place un système de mise en concurrence permanent qui se veut encore plus efficace (à suivre, très bientôt…)
  • Des offres bancaires : en préparation de la suppression prochaine de dispense du compte séparé (dans le cadre de la loi AL.U.R. en cours de discussion), la coopérative négocie actuellement avec différents établissements bancaires « un package bancaire ». Cette formule proposera aux copropriétés adhérentes l’ouverture d’un compte bancaire séparé qui sera adossé à un compte à terme avec la possibilité de contracter un emprunt collectif.
Alors Mesdames et Messieurs les syndics professionnels, si vous voulez « la mort » de la coopérative technique de l’ARC, comme il semble que ce soit le cas, c’est simple : il suffit simplement de négocier des services et prestations plus concurrentiels que celles négociées par notre coopérative.
 
 
Il suffit, pour cela, de ne prendre aucune commission, de n’avoir aucun « accord  préférentiel » avec telle ou telle société et de remettre en concurrence périodiquement vos fournisseurs (même ceux qui sponsorisent vos tournois de golf ou vos équipes de foot...).
 
En attendant, ceux qui veulent plus d’informations sur les services de la coopérative, pourront obtenir tous les renseignements en venant au salon de l’ARC qui se déroule les 16 et 17 octobre à l’Espace Charenton à Paris, voir : www.salon-copropriete-arc.fr