ABUS 3766 Comment la loi ALUR va rapporter des millions supplémentaires à Philippe BRIAND, PDG de CITYA

Version imprimableEnvoyer par email
Abus
18/09/2014

ABUS 3766   Comment la loi ALUR va rapporter des millions supplémentaires à Philippe BRIAND, PDG de CITYA

 
     
  1. La loi ALUR

 
Quand il rencontre ses collègues syndics professionnels, Philippe BRIAND doit faire comme eux : dire le plus grand mal de la loi ALUR ; appeler de ses vœux outragés au détricotage de cette loi assassine.
 
Rentré chez lui, Philippe BRIAND fait comme ses collègues et se frotte les mains de ce que cette loi va lui rapporter (voir notre abus N° 3768 « Aveu d’un syndic ») .
 
Mais lui va encore plus loin que ses collègues dans l’utilisation lucrative de cette loi. Voyons comment.
 
  1. La loi ALUR et les assurances

 
  • Premier épisode : Philippe BRIAND, a voté en mars 2014 comme député une disposition dans la loi ALUR qui oblige les copropriétaires non occupants (à 90 % des bailleurs) comme les copropriétaires occupants à prendre une assurance de responsabilité civile pour leur lot.
 
Pour mieux comprendre ce qui suit, notez qu’on appelle l’assurance des propriétaires qui n’occupent pas leur logement « assurance P.N.O. » (Propriétaire Non Occupant).
 
  1. Philippe BRIAND mélange les genres

 
  • Deuxième épisode : Philippe BRIAND - PDG de CITYA - a ensuite demandé à tous ses cabinets d’utiliser leur fichier pour adresser à TOUS les copropriétaires aux frais des copropriétés (on verra comment) une publicité tapageuse de deux pages concernant la « négociation » par CITYA de l’assurance  P.N.O. « nouvellement obligatoire selon la loi ALUR ».
 
  • « Négociation mon œil » comme aurait dit Zazie (la Zazie de Zazie dans le métro qui aurait été un brin moins correct…), car  - nous apprend la publicité -l’heureux bénéficiaire de la soi-disant négociation n’est autre que la société Saint-Pierre Assurance, société unipersonnelle qui est la propriété de notre cher calomnié (selon lui), Philippe BRIAND, mais oui.
 
  • Seul tout petit problème, c’est que la belle publicité adressé par CITYA omet fort opportunément d’indiquer que le propriétaire de Saint-Pierre Assurance n’est autre que Philippe BRIAND, PDG de CITYA.
 
  • Mais pour les responsables de CITYA comme notre député « calomnié », cela n’a visiblement aucune importante.
 
  • Comme n’a pas d’importance le fait que les cabinets CITYA demandent à leurs clients de leur renvoyer leur coupon ET leur chèque à l’ordre de CITYA… (inouï). C’est plus rapide (vous ne nous croyez pas : lisez le fac simulée de cette incroyable publicité).
 
  1. Cerise sur le gâteau

 
  • La publicité en couleur et sur beau papier épais et a été envoyée avec les appels de FONDS du trimestre ;
 
  • Or le tout est si lourd que l’affranchissement atteint - par enveloppe - 0,80 €  au lieu du tarif normal (0,56 €). La différence est payée par tous les copropriétaires.
 
Comme on le voit, il n’y a pas de petites économies chez CITYA, sauf pour les copropriétaires.
 
  1. Petit calcul rapide

 
Imaginons que les cabinets CITYA arrivent à placer ces assurances ne serait-ce qu’auprès d’un quart de leurs clients, cela donnera un petit supplément de chiffres d’affaires de près de 10 millions d’euros à notre cher président directeur général… Une brindille.
 
  1. Soyons sérieux

 
Oui, soyons un peu sérieux.
 
Trouvez-vous ce type d’opération « normale » ? Comment peut-on qualifier un tel mélange des genres par ailleurs occulté, mélange qui dépasse l’entendement (en tout cas celui des citoyens simples que nous sommes).
 
Mais au-delà de tout ce qui précède il y a encore d’autres problèmes de conflits d’intérêts réels ou potentiels : ainsi le jour où il y aura un sinistre qui mettra face à face l’assurance de la copropriété et celle du copropriétaire assuré par Monsieur Philippe BRIAND, quelle sera l’attitude du cabinet de syndic appartenant à Monsieur BRIAND face au courtier d’assurance BRIAND… ?
 
 
 
Fichiers à télécharger :