ABUS 3845 CITYA : après le doublon, la vente forcée

Version imprimableEnvoyer par email
Abus
02/12/2014

ABUS 3845  CITYA : après le doublon, la vente forcée

 
  1. Doublon confirmé

 
Beaucoup de nos adhérents nous le confirment : il y bien  souvent doublon concernant la P.N.O. (assurance Propriétaire Non Occupant) , en particulier chez CITYA (voir abus n° 3840 : www.unarc.fr/yaq1).
 
Rappelons que les cabinets CITYA n’hésitent pas, en effet, à se faire les agents commerciaux de la société unipersonnelle de leur PDG, Philippe BRIAND (l’agence d’assurance Saint-Pierre Assurance) et à placer des assurances P.N.O. aux copropriétaires alors même que l’assurance de l’immeuble inclut déjà la P.N.O.
 
  1. Et maintenant la vente forcée

 
Nous joignons à cet article le courrier et le bulletin adressés par des cabinets CITYA aux propriétaires bailleurs des copropriétés qu’ils gèrent, y compris les copropriétaires dont ils ne gèrent pas la location, ce qui est un comble.
 
Dans l’exemple ci-dessous (cabinet CITYA TEISSIER-SAGI à Paris). CITYA menace le copropriétaire de signer d’office un contrat P .N.O. personnel et de lui adresser la facture.
 
Or cela porte un nom : la vente forcée, pratique pénalement répréhensible.
 
CITYA n’a NI le droit de s’immiscer dans les affaires des copropriétaires bailleurs NI (encore moins) le droit de « taxer » d’office des copropriétaires avec qui il n’a aucun lien (autre que celle de syndic à copropriétaire) d’une assurance, par ailleurs contractée auprès du toujours même cabinet propriété personnelle du PDG de CITYA, Philippe BRIAND.
 
 
 

Nous incitons les personnes victimes de ces procédés doublement illégaux et peut-être frauduleux à saisir la DDPP (Direction départementale de la protection des populations) de leur département avec copie à l’ARC.

 

De notre côté nous saisissons la DGCCRF.