Abus 4803 :MATERA, ANGC, CITYA, FNAIM Gironde, une surenchère de démagogie pour récupérer de nouvelles «dindes de noël»

21/12/2021 Abus Abus

En cette fin d’année, où il est de tradition d’instaurer une trêve des confiseurs, nous n’allons pas dénoncer un syndic en particulier mais un système qui frôle le bêtisier de l’année.

Il s’agit de mettre en évidence les modes de communication ridicules des professionnels (syndics ou prestataires d’assistanat de syndics non professionnels) qui, même s’ils se critiquent entre eux, utilisent des méthodes similaires, pour récupérer de la nouvelle clientèle rendant leurs  messages peu crédibles.

Afin de se faire une idée sur la démagogie utilisée qui frôle le ridicule, à travers cet article nous allons reprendre la communication de quatre acteurs de l’immobilier ayant chacun un profil particulier. Il s’agit de :

-  La société Matera, prestataire d’assistanat aux syndics non professionnels ;

- l’Association Nationale des Gestionnaires de Copropriété (ANGC) qui défend les syndics professionnels et le métier de gestionnaire ;

- Le groupe Citya, Cabinet d’administrateurs de biens qui a développé plusieurs filiales parallèles ;

-  La Fnaim Gironde, Chambre représentative des professionnels de l’immobilier.

I - MATERA, un tableau noir pour surgir de la lumière

Qui n’a pas vu la publicité télévisée réalisée par Matera ?

Le scénario se déroule à l’occasion d’une assemblée générale qui se tient  quasiment dans l’obscurité. A priori, il n’y aurait ni lumière ni courant dans la salle avec des copropriétaires déprimés, sans espoir, des vrais têtes d’enterrement.

Puis, soudain, une femme sortie de nulle part : « la messie » s’exalte avoir trouvé une solution pour que les noms figurent sur les boites aux lettres et que l’ascenseur fonctionne, en sortant subitement de sa poche son téléphone dans lequel est affiché en couleur flash Matera, bien sûr !.

Et là l’espoir renaît, certains sont même à deux doigts de pleurer de joie.

Enfin, le miracle : il est né le divin enfant… Matera

Voici quelques images de la publicité apocalyptique, tirées du spot télévisuel de Matera :

AZERTY

Ainsi, il y a deux options : soit Matera se moque des copropriétaires, soit il croit les duper en diffusant des caricatures d’assemblée générale qui n’ont aucune cohérence surtout pour mettre en évidence les éventuels plus de la solution Matera.

II – ANGC, le gestionnaire superman

Suite aux nombreux abus publiés sur les syndics professionnels qui émanent de l’ARC mais également d’autres médias, le président de l’Association Nationale des Gestionnaires de Copropriété (ANGC) a souhaité expliquer ce qu’est un gestionnaire de copropriété.

Pour cela, il a publié un post sur les réseaux sociaux dans lequel il considère qu’un gestionnaire est à la fois juriste, comptable, technicien, communiquant.

Ainsi, il est l’homme ou la femme à tout faire, étant autonome dans l’administration de ses copropriétés, n’ayant besoin d’aucun spécialiste parallèle pour traiter des points techniques pointus.

Cet article a été repris sur notre site internet en créant le buzz avec des professionnels  qui ont essayé de tempérer les propos du président de l’ANGC, d’autres qui se sont présentés en alpinistes avec des images sur le toit d’un immeuble et d’autres qui,  comme toujours, rédigent des commentaires à côté de la plaque, histoire de participer au débat.

Alors la question est de savoir si effectivement le syndic est un gestionnaire qui se suffit à lui-même ou bien si le président de l’ANGC s’est emballé en engageant toute une profession vers une définition du métier qui n’est pas assumée par l’ensemble des praticiens, et ce, dans le seul but de revaloriser la profession face à une concurrence de plus en plus décriée.

Nous reproduisons quelques citations du président de l’ANGC et des images fortes diffusées à la suite de la publication de notre article.

📍 Le syndic est un JURISTE (...). Il rédige de sa plume les résolutions d’AG, il analyse et interprète les clauses du règlement, à la lumière de la jurisprudence qu’il connaît ou qu’il va chercher. Il travaille de concert avec les avocats, huissiers, géomètres.

📍Le syndic est un COMPTABLE (…). Il est le comptable de chaque syndicat comme autant de micro-sociétés avec ses états financiers, ses dettes ses créances, ses comptes de tiers, ses comptes de charges, ses avances, ses provisions, ses bilans.

📍Le syndic est un TECHNICIEN…(…). Il grimpe sur les échafaudages pour les ravalements de façade d’immeuble, il arpente les toitures, zinc, ardoise ou tuile canal.

📍Le syndic est un COMMUNIQUANT, un médiateur, conciliateur, arbitre, juge de paix, psychologue... Il gère les conflits diplomatiquement, il rappelle à l’ordre, apaise les tensions, il rassure, il manie d’une main de maître les réunions houleuses.

AZERTY

III – CITYA, le séducteur

Il faut le reconnaitre, le groupe Citya est un sponsor privilégié de la rubrique « abus » figurant sur notre site internet.

Mais pour cet article nous souhaitons mettre en évidence un esprit tout à fait curieux de ce groupe qui, comme bien souvent, est en décalage avec la profession.

En effet, Citya est le groupe qui organise une journée porte ouverte, non pas pour faire la promotion de la gestion de ses copropriétés mais pour déguster le beaujolais nouveau qui est arrivé ou qui offre pour Halloween un kilo de bonbons si l’on fait estimer son bien en passant par l’une de ses agences.

AZERTYAZERTY

Mais ce n’est pas tout ! Le Cabinet Citya c’est aussi le groupe qui publie, sans état d’âme, aussi bien sur les réseaux sociaux que sur Youtube des clips où l’on voit les salariées qui ont dans leurs dossiers de travail la photo en gros plan du Président du groupe. A savoir pourquoi ?

C’est aussi le groupe où uniquement les salariées (eh oui, que les femmes !) dansent dans une pataugeoire sur la chorégraphie de la chanson Jérusaléma, en ménagères avec un tablier estampillé Citya, le tout avec un verre de vin à la main.

Bref, une communication décalée voire humiliante, qui n’a aucun rapport avec la gestion des copropriétés.

azertyAZERTY

Le message est surement de faire passer ce groupe comme une structure  sympathique avec un esprit convivial où gérants, salarié(e)s et surtout copropriétaires, sont tous dans le même bateau, main dans la main, avec la recherche d’un intérêt commun : l’épanouissement personnel.

 S’agit-il d’un message démagogique ou d’une réelle réalité  ?

IV – La FNAIM en pleine caricature

Finissons par la communication publicitaire la plus récente et tout aussi caricaturale.

Il s’agit du spot publicitaire réalisé par la FNAIM région aquitaine dont le message principal est de décourager les syndics non professionnels à continuer leur activité pour transférer la gestion de leur immeuble à un syndic professionnel compétent, disponible et serein.

Cette vidéo présente un syndic non professionnel n’arrivant plus à dormir en se torturant l’esprit avec des questions existentielles : « qui va sortir les poubelles ?», « qui a volé le colis de la voisine ? », « quand est-ce que vient le plombier ? », avec même un seau d’eau venu du plafond qui lui tombe sur la tête concluant qu’il faille recourir à un syndic professionnel.

Eh oui, c’est sûr, c’est bien le syndic professionnel qui, à 6 heures du matin, sort les poubelles, c’est aussi lui qui va faire une enquête de voisinage pour savoir qui a pris le colis de Madame Tartemuche et qui a greffé un GPS sur le portable du plombier pour savoir à quelle heure précise il intervient sur la copropriété.

Ridicule d’être tombé dans cette caricature qui, selon nous, est contreproductive.

En effet, si pour mettre en évidence l’intérêt d’opter pour un syndic professionnel il est nécessaire d’user de caricatures à l’image de Matera cela induit qu’en définitive la solution « professionnelle ou bénévole » s’avère être du « kifkif ».

Voici quelques images du spot publicitaire qui démontrent le ridicule de leur communication.

AZERTY

 

AZERTY

Alors qui est le plus démagogique entre ces quatre prétendants ?

Nous publions également cet article sur notre page Linkedin pour permettre à chacun de mettre ses commentaires et comme toujours il y aura les feux follets qui feront des commentaires sur l’ARC à côté de la plaque.

Après tout, la liberté de parole existe. Si nous pouvons leur faire plaisir, nous en sommes ravis.

Bonnes fêtes de fin d’année à tout le monde !