ABUS N° 3259 - La tragédie du 39, rue Gabriel-Péri à Saint-Denis et les syndics

11/10/2012 Abus Abus

 ABUS N° 3259 - La tragédie du 39, rue Gabriel-Péri à Saint-Denis et les syndics

   Dans son numéro du 2 octobre 2012 le journal LE MONDE a expliqué le « système » régnant au 39, rue Gabriel Péri, immeuble insalubre qui a brûlé le 9 septembre dernier entrainant la mort de plusieurs personnes. Voici les acteurs et les actes.
  1. Deux frères, professionnels de l’immobilier, possèdent 40 % des logements.
  2. L’un d’eux est par ailleurs syndic de CET immeuble (le cabinet NATHAN...).
  3. Par ailleurs il gère aussi les logements d’une dame qui représentent 25 % des millièmes de l’immeuble.
  4. Comme l’explique journal LE MONDE, les deux « voyous » vont récupérer en personne tous les mois les loyers incluant les charges de l’immeuble (en liquide)
  5. Donc, ils récupèrent 65 % des charges uniquement sur « leurs » locataires.
  6. Problème de taille : ils ne payent pas leurs charges de copropriété.
  7. Mais le frère-syndic ferme les yeux et n’engage, évidemment, aucune procédure contre son frère et lui-même (c’est toujours le journal Le MONDE qui le dit).
  8. Conséquences, et alors que toutes les charges sont payées par les occupants (les locataires et les autres copropriétaires) :
  • aucun travaux n’est fait malgré les arrêtés d’insalubrité ;
  • on assiste à une dégradation continue du bâti (infiltrations par toiture ; sécurité électrique, etc.) ;
  • et au final, un incendie ravageur qui fait cinq morts.
  À noter : le Procureur - saisi d’une plainte par les autres copropriétaires - avait classé l’affaire faute de preuves...   À noter aussi : l’un deux frères, Bernard LABBOUZ - le syndic - était aussi ; jusqu’à l’incendie meurtrier, professeur de droit à l’Université Paris-Dauphine...   Et on dira, après, que tout ça, c’est la faute à « pas de chance ».   Non : professionnels cupides et véreux ; absence de contrôle des professionnels et de sanctions ; Procureur aux abonnés absents.