Charges de Copropriété. Un article du journal le MONDE rien que sur l’ARC

11/10/2012 Dossiers conseils Dossier conseils

Charges de Copropriété. Un article du journal le MONDE rien que sur l’ARC

  Oui, curieux :  le journal Le MONDE du 9 octobre a consacré un article sur les charges de copropriété, en ne citant que l’ARC et notre Observatoire de charges , OSCAR+.   Juste un petit problème : Le MONDE ne donne ni l’adresse de l’ARC ni celle notre site. Il est vrai que ce n’est pas difficile à trouver, mais c’est tout de même plus simple.   Rappelons qu’OSCAR + permet à chacun de comparer ses charges, poste par poste avec les charges moyennes, ce qui permet de savoir très vite quelles sont vos postes de charges corrects OU excessifs et d’agir en conséquence.   Tous sur OSCAR +     Voici l’article :   Réduire ses charges de copropriété Chauffage, eau, contrats d'entretien... les propriétaires peuvent diminuer la facture, à condition de s'impliquer Bruno Damon Année après année, les charges de copropriété ne cessent d'augmenter. Depuis 2007, elles ont progressé de 4% à 6 % en moyenne par an. Pour un appartement type de 60 mètres carrés, la facture s'élève à près de 2 500 euros par an, selon l'Association des responsables de copropriété (ARC). Les frais de chauffage constituent le premier poste de dépenses. Ils représentent 27 % des charges. «Pour les immeubles équipés en chauffage collectif, limiter la période de chauffe du 15 octobre au 15 mai et demander aux occupants de ne pas dépasser 16 à 19 degrés est une première piste pour réaliser des économies», explique Claude Pouey, responsable de l'Observatoire des charges de copropriété de l'ARC. Il conseille également de faire contrôler régulièrement les réglages de la chaudière par un professionnel.   La facture d'eau engloutit aussi une bonne partie du budget. Souvent, les dépenses sont facturées au prorata de la superficie des appartements et non de la consommation réelle des habitants. Opter pour des compteurs individuels incite chaque foyer à faire preuve de retenue, pour le bénéfice de la copropriété.   Renégocier régulièrement les contrats d'entretien est recommandé. Trop de copropriétés reconduisent leurs prestataires sans vérifier s'ils sont encore compétitifs. Faire jouer la concurrence permet de moins dépenser sur ce poste, qui représente 18 % des charges. Par exemple, entre deux contrats de maintenance d'ascensoristes, les écarts de tarifs peuvent atteindre 1000 euros par an. Contrôler les clauses De même, il est indispensable, lors du renouvellement du contrat de syndic, de prendre le temps d'en contrôler les clauses. D'une année à l'autre, les administrateurs de biens peuvent, en effet, ajouter de nouvelles options, synonymes de surcoûts, au contrat. A surveiller notamment : l'organisation de l'assemblée générale, qui doit être intégrée dans l'offre de base (du moins jusqu'à 20 heures), tout comme la déclaration de sinistres, la transmission des archives ou la mise à jour du carnet d'entretien...   Autre poste qui a tendance à déraper : la prime d'assurance. Le tarif variant en fonction de la sinistralité, il est grandement conseillé de faire contrôler l'étanchéité des terrasses et de la toiture... Si le prix ne semble pas justifié, il ne faut pas hésiter à changer de compagnie, les contrats étant renouvelables chaque année.   Dernière piste avancée par l'ARC : se passer d'un gardien d'immeuble. Celui-ci coûterait près de 40 000 euros par an à une copropriété. Soit deux fois plus qu'une société de nettoyage. De quoi permettre de réaliser de substantielles économies, mais de perdre aussi beaucoup au niveau du service rendu.».   *