ABUS 4060 : CITYA joue au père Noël (c’est CITYA qui le dit…)

Version imprimableEnvoyer par email
Abus
08/01/2016

ABUS 4060 : Citya joue au père Noël

(c’est CITYA qui le dit…)

Ce titre aurait pu être celui d’un article de l’ARC. Mais il n’est pas de nous, c’est celui de la nouvelle campagne publicitaire du groupe CITYA.
 
Avant d’entrer dans le détail de ce que nous promet le « père Noël CITYA », il est important de présenter la situation actuelle de la profession.
 
  1. Des petites structures d’administration de biens étouffées par les grands groupes
 
Nous avons déjà rédigé un article ainsi qu’un communiqué de Presse sur la situation actuelle inquiétante qui voit les grands groupes de syndics étouffer des petites structures, jusqu’à les obliger soit à vendre leur cabinet, soit à déposer le bilan (Communiqué de Presse du 05.01.16 : www.arc-copro.com/8fin).
 
La technique est simple : engager une politique commerciale agressive et inconsidérée avec des  slogans « chocs » comme «  Citya joue au Père Noël » ; « 40 % de réduction pour les 40 ans de l’enseigne »...
 
En parallèle, les grands groupes récupèrent ainsi la gestion des copropriétés ce qui leur permet de disposer de nouveaux clients potentiels pour obtenir des mandats de gestion locative ou de transaction. Ils peuvent ainsi se rattraper sur les prestations qu’assurent leurs filiales, ou encore sur les économies d’échelles qu’ils arrivent à réaliser au sein du groupe.
 
Voici donc la nouvelle démarche commerciale engagée par le groupe CITYA qui ferait tomber le père Noël de son traîneau.
 
  1. Une démarche commerciale peu cohérente
Alors que les Pouvoirs publics n’arrivent pas à trouver un consensus avec les professionnels de l’immobilier sur un tarif maximum que pourra facturer le syndic en matière d’état daté (décret en attente, voir notre revue n°111 de janvier 2016), le cabinet CITYA propose de l’offrir à ses copropriétaires vendeurs, toute comme les honoraires relatifs aux diagnostics obligatoires. Quand CITYA joue au père Noël, le travail du syndic en cas de vente ne coûte plus rien.
 
Voici donc le contenu du prospectus envoyé aux copropriétaires par le groupe CITYA :
 
 
 
Si cette offre peut sembler alléchante, elle montre bien que la réalisation de l’état daté ne représente pas pour le syndic un travail si considérable, puisqu’il peut l’offrir (en espérant ainsi obtenir des mandats de transaction pour le compte du groupe CITYA).
 
Cela justifie d’autant plus l’impatience des associations à voir rapidement la publication du décret relatif au plafonnement des honoraires privatifs pour stopper les pratiques abusives observées par ailleurs.
 
Rappelons en effet que depuis l’entrée en vigueur du contrat type, le tarif de l’état daté a tout simplement flambé, avec des coûts atteignant plus de 800 euros pour un document qui se génère quasiment de manière automatique grâce à aux logiciels professionnels.