Contrat CITYA : des tarifs d’honoraires privatifs à des prix incroyables

25/07/2022 Abus Abus

Chaque semaine, en parallèle de nos publications sur le site de l’ARC, nous émettons également les articles à scandale sur le réseau Linkedin.

Ils concernent quasiment toujours les syndics professionnels et les bavures des cabinets.

La réponse des professionnels est toujours la même : « l’ARC raconte n’importe quoi, les syndics sont honnêtes avec une cote de confiance des copropriétaires qui atteint le sommet de l’Himalaya ».

Une fois n’est pas coutume, nous allons présenter un abus (et non une illégalité) figurant sur le contrat du cabinet CITYA.

Certains diront : « Ouf, l’honneur est sauf, ce n’est pas une illégalité, mais un simple abus. Cela est donc permis… ».

A la suite de cet article, nous serons intéressés de connaître l’avis des professionnels de l’immobilier sur les faits que nous dénonçons.

Pour cela, nous allons présenter les tarifs d’honoraires privatifs réclamés aux copropriétaires qui figurent dans le contrat-type du cabinet CITYA.

I – Un courrier recommandé à 60 €

On peut légitimement se poser la question de savoir à quel prix un syndic facture l’envoi d’un courrier de mise en demeure à un copropriétaire débiteur : 10€, 20€, 30€.

Eh bien, pour CITYA, le coût est de 48€.

Ainsi, faisons un petit calcul : le courrier recommandé coûte 7€, l’impression du papier 0,20€ et de temps du gestionnaire 10€.

Par conséquent, lorsque le prix de revient est d’environ 18€, le syndic facture au copropriétaire débiteur 48€, soit une marge de 30€, autrement dit 62,5 % de profit.

Mais ce n’est pas tout, la simple relance après la mise en demeure, qui est un courrier envoyé en lettre simple, est facturée cette fois-ci 60€.

Reprenons le calcul : 0,20€ la page, 10€ la main d’œuvre du gestionnaire. Prix de revient : 10,20€ pour une facturation à 60€, soit une marge de 49,80€, autrement dit 83 % de profit.

Qui a dit que les syndics n’étaient pas intéressés par les impayés ?

238

II – Des photocopies à prix d’or

A combien peut-on facturer la photocopie d’un procès-verbal d’assemblée générale ?

Pour cela, partons du principe qu’une reprographie coûte à l’unité 0,10€ et qu’un procès-verbal compte une vingtaine de pages.

5€, 10€, ce qui serait déjà excessivement cher, eh bien pour CITYA, la copie du procès-verbal est facturée 21,60€.

Ainsi, pour que le prix soit raisonnable, il faudrait que le procès-verbal comporte 216 pages.

Comme on le constate, on est loin du compte.

En en ce qui concerne la copie du carnet d’entretien ou les diagnostics, nous sommes dans les mêmes délires encore plus poussés puisque le coût est de 42€.