Et maintenant ? Que faire ?

04/06/2012 Actions et Actus

Et maintenant ? Que faire ?

Oui, maintenant ?

Depuis plusieurs années c’est plutôt - comme nous l’avons souvent dit - l’immobilisme dans le secteur de la copropriété :

  • une loi sur les syndics absolument indispensable (surtout après l’affaire URBANIA) qui a été littéralement « enterrée  » pour faire plaisir aux chambres professionnelles de syndics ;

  • un arrêté «  Novelli  » inefficace à réformer d’urgence ;

  • une loi de 1965 à toiletter sérieusement pour faire face aux nouveaux défis (gros travaux ; rénovation énergétique ; contrôles et sanctions des syndics ; accès à la justice pour tous les copropriétaires ; traitement des copropriétés fragiles ou en difficulté ; possibilité de déléguer davantage de missions aux conseils syndicaux, etc.) ;

  • le compte séparé toujours une exception, etc.

Comme on le constate, peu a été fait, beaucoup est à faire.

Les projets vont se bousculer d’ici trois ou quatre mois. Les députés et sénateurs - quelle que soit la couleur de la future majorité parlementaire - vont devoir agir pour répondre à l’impatience de chacun et aux mille et un problèmes à résoudre.

La solution ?

D’abord renforcer le poids des vraies associations représentatives et indépendantes.

Donc  : adhérer à l’ARC. Si ce n’est pas encore fait, n’hésitez pas. Il faudra être nombreux et forts pour faire passer nos idées et demandes.

Nos chantiers immédiats :

  • la loi sur les syndics à remettre en route (avec instauration de commissions disciplinaires) ;

  • la réforme de l’arrêté NOVELLI du 19 mars 2010 sur les contrats de syndics ;

  • le compte séparé obligatoire sans dérogation possible ;

  • la mise en place d’un vrai PTZ collectif (prêt à taux zéro) ;

  • la réforme de la loi de 1965 sur la copropriété ;

  • l’allongement des délais concernant les travaux d’ascenseurs ;

  • une action pour maîtriser la loi sur le plomb dans l’eau ;

  • une action de rééquilibrage du lobby des syndics (URBANIA, FONCIA, CITYA, etc.) qui veulent toujours faire passer une loi favorable à leurs intérêts ;

  • le développement des droits des copropriétaires face aux syndics.

Pour cela, il n’y a pas de solution miracle : seul le regroupement des responsables de copropriété (conseils syndicaux et syndics bénévoles) et lui seul permettra de mieux se faire entendre ET comprendre.

Donc  : si vous êtes dans un conseil syndical, il faut adhérer à l’ARC, c’est-à-dire rejoindre la seule association NON subventionnée, INDÉPENDANTE , PRAGMATIQUE et proche des questions quotidiennes, à savoir :

  • le niveau des charges ;

  • les abus des professionnels ;

  • la maîtrise pour chaque copropriété de son avenir : gros travaux ; impayés.

 

Lien pour adhérer : http://arc-copro.fr/site/infos/adh%E9rer%E0l%27ARC.pdf