La Covid 19 n’aura pas rendu tout le monde malheureux, n’est-ce pas chers syndics professionnels ?

29/06/2022 Abus Abus

Dès le début du Covid 19 nous avons alerté les conseils syndicaux sur les dérives qu’allaient provoquer cette crise notamment avec les syndics qui ne se sont pas gênés pour facturer tout et surtout n’importe quoi.

Une fois n’est pas coutume, mais compte tenu du nombre important d’abus à publier, nous allons présenter un florilège de factures de syndics liées à la gestion du Covid 19.

Le plus critique est que les conseillers syndicaux constatent uniquement en 2022, les factures abusives enregistrées en 2020 du fait qu’ils n’ont eu la possibilité de les contrôler que cette année.

Attention, âmes sensibles s’abstenir !

I – Le dépouillement des formulaires de vote

Les syndics doivent sûrement boire le champagne en l’honneur de ce bon formulaire de vote par correspondance et surtout du « Covid 19 » qui a, non seulement interdit la tenue physique des assemblées générales mais a, en plus, ouvert la possibilité de votes sans débat.

Comme si cela ne suffisait pas à leur bonheur, les syndics ont, en plus,  facturé en toute illégalité, le dépouillement des formulaires de vote.

Chacun son tarif, chacun son abus.

Pour François GUEREC, la facture est estimée à 300 € tout ronds :

220

Pour le cabinet BALMA GESTION, c’est plus raisonnable mais tout aussi illégal avec des honoraires à 100 €. Rappelons que même 1€ facturé est toujours trop car illégal :

220 1

Pour finir, nous avons ATRIUM GESTION avec sa facture à 452,99 € qui se justifie le dépouillement des formulaires de vote qui ont pris trois heures pendant les heures ouvrables :

220 2

Bien sûr, il s’agit de trois factures qui concernent trois syndicats de copropriétaires différents.

II – La gestion Covid 19

L’autre abus bien connu « made in Covid 19 » est la facturation pour la gestion de la crise sanitaire.

Eh oui, vraisemblablement les syndics étaient auprès du Ministre de la santé et d’Emmanuel MACRON pour gérer la crise sanitaire puisque, par exemple, ATRIUM GESTION a facturé à la copropriété un coût de 151 €.

Bien sur, il s’agit encore une fois d’une facture illégale :

220 3

Certains diront : on ne va pas pleurer pour 151 €.

Nous, nous disons :

- d’une part, que 151 € multipliés par 1.000 copropriétés représentent un bénéfice net de 151.000 € d’honoraires illégaux,
- d’autre part, que si effectivement nous n’allons pas pleurer pour 151 €, pourquoi les syndics sont-ils prêts à se mettre en porte-à-faux pour une somme aussi faible ?

A cogiter…