Le site de l’UNARC et la RATP

Version imprimableEnvoyer par email
Actualités
05/09/2013

Le site de l’UNARC et la RATP

 
 
Beaucoup de copropriétaires qui fréquentent notre site Internet et la station AUBER-Opéra avaient apprécié notre « coup de gueule » sur la situation que nous avions qualifié d’« immonde » de certains couloirs de cette station.
 
Suite à nos « abus », certains de nos adhérents un peu stupéfaits avaient constaté un effort évident de la RATP.
 
Celle-ci va aujourd’hui encore plus loin comme nous l’ont appris ces mêmes adhérents...
 
Voici l’article paru dans la Presse et que nous avons reçu en plusieurs exemplaires (Ah ! si Monsieur Philippe BRIAND, PDG de CITYA, pouvait être aussi réactif que la RATP... On peut rêver, non ?).
 
Voici l’article paru dans la Presse :
 
La propriété sur les rails
 
 
La RATP sera désormais plus exigeante avec les agences de nettoyage.
 
La RATP veut   en finir avec la saleté du métro.
 La Régie a annoncé hier la mise en place d'un plan de 70 millions d'eu­ros par an, pendant cinq ans, afin de renforcer la propreté du réseau, à compter du 1er octobre. Ce sont 10 millions d'euros annuels de plus que l'actuel plan, effectif depuis 2007. Pierre Mongin, le PDG du groupe, a souligné hier faire de la propreté «une priorité», expliquant qu'il s'agit d'un «élément essentiel de la qualité du service pour les voyageurs». Il s'engage ainsi à ce qu'il, y ait «une nette amélioration de l'état du réseau dans les dix-huit mois». Pour venir à bout des mauvaises odeurs et de l'insalubrité de certaines stations, comme Châtelet-les-Halles ou Auber, la RATP a revu ses exigences à la hausse auprès des cinq prestataires, dont les 1 000 agents assurent chaque jour le nettoyage des 366 gares et stations du réseau francilien - soit 1,3 million de mètres carrés -, des 400 kilomètres de voies et du millier de trains. La RATP va ainsi effectuer 3 400 contrôles inopinés par mois afin de mesurer la qualité des espaces. A cela s'ajoutera un système de «bonus-malus» pour les sociétés de propreté : en cas de manquement, des pénalités pourront être prononcées.
L'étanchéité en question
Par ailleurs, la RATP va lancer un vaste programme contre les infiltrations d'eau de 40 millions d'euros supplémentaires jusqu'en 2015. Celui-ci doit permettre une refonte totale de l'étanchéité de 70 stations, parmi lesquelles Bastille, Charles-de-GAULLE-Etoile, Champs-Elysées-Clémenceau ou Palais-Royal. Dans ces dernières, l'humidité a fortement détérioré les murs et les plafonds, d'où s'écoule de l'eau sale formant parfois des flaques glissantes. Ces investissements interviennent alors que le groupe RATP affiche un chiffre d'affaires de 2,6 milliards d'euros au premier semestre, soit 4,1 % de plus que l'an dernier à la même période. •