Les syndics de redressement existent-ils : faisons-le point ?

28/07/2015 Actions Action

Les syndics de redressement existent-ils :

faisons-le point ?

    Nous avons informé nos adhérents ( notamment à travers la revue trimestrielle de l’ARC, voir la revue n° 109 de juillet 2015, page 4  www.arc-copro.com/wrei ) de la mise en place d’une association pour la reconnaissance des syndics de redressement.   Suite à nos articles, différents adhérents aimeraient prendre contact avec ces « syndics de redressement ».   Prenons donc le temps d’expliquer de quoi il s’agit et pourquoi ces syndics de redressement dont il est question n’existent pas encore.  

1. Un référentiel « en travaux »

  Un groupe de travail a commencé à élaborer un référentiel qui définit les missions qui seraient attendues d’un « syndic de redressement », missions qui iraient au-delà des missions de base du syndic (actions de maîtrise des charges, diligences et compétences spécifiques en matière de recouvrement des impayés, etc.).   Ce référentiel doit permettre de définir les missions qui peuvent justifier une rémunération spécifique d’un syndic de redressement par rapport à un syndic « normal ».  

2. Vers une certification ?

  Maintenant qu’elle est créée, l’association doit transformer ce projet de référentiel en une certification effective, en confiant une mission à un certificateur.   Ce certificateur n’est pas encore désigné, et l’association doit par ailleurs réunir les financements nécessaires à sa mission.   C’est seulement une fois que la certification existera qu’il sera possible de proposer à des syndics d’y prétendre.  

 

3. Quand les premiers syndics de redressement seront-ils « en fonction » ?

      Impossible de s’avancer sur le délai qui permettra de finaliser un référentiel qui doit :  
  • différencier ce qui relève de la gestion « normale » du syndic de ce qui va au-delà ;
  • mettre une estimation sur ce que ces missions « de redressement » engendrent comme coûts supplémentaires ;
  • ne pas être trop compliqué, ni trop contraignant pour être abordable (financièrement) et s’adresser à tous types de syndics (même des cabinets moyens, voire petits, s’ils ont les compétences pour y prétendre).
 

4. Existe-t-il aujourd’hui des syndics de redressement ?

  Notre réponse est NON.   Il existe des syndics qui peuvent proposer une gestion des copropriétés de grande qualité, mais aucun ne peut selon nous se prétendre actuellement « syndic de redressement », sauf à proposer un contrat spécial avec une rémunération plus élevée que la moyenne.   Par ailleurs, une telle prestation n’étant pas cadrée, il n’y a pas de garantie que les missions annoncées seraient effectivement mises en œuvre et ce de façon satisfaisante (quels objectifs ? quel contrôle ? etc.).  

5. Conclusion : soyez patients

  Notre conseil : attendre que l’association puisse avancer sur ce projet pour rendre possible la définition de missions « de redressement » cadrées par une certification, ce qui permettra un contrôle, et donc sécurisera les copropriétés qui souhaiteraient faire appel à de tels syndics.   Si vous êtes intéressés par ce projet, parlez-en à vos élus, députés et sénateurs pour les sensibiliser à ces questions.  

Mots clés associés