Monsieur de l’ARC : prévenez-moi avant de publier un abus

18/10/2019

Une des particularités de l’ARC est de dénoncer sans gêne et sur la place publique par le biais de notre site internet, suivi par des dizaines de milliers de copropriétaires, les abus et surtout les illégalités commis en particulier par les syndics professionnels.

L’objectif est double : d’une part alerter les copropriétaires et surtout nos adhérents sur les pratiques des syndics qui entraînent un préjudice pour la copropriété et d’autre part mettre les syndics face à leurs responsabilités.

Sans surprise, les syndics épinglés « crachent » sur l’ARC en invoquant de nombreux griefs à notre encontre plutôt que de se regarder dans un miroir et plus généralement la profession qui souffre d’un malaise profond.

A présent, nous avons une nouvelle réaction des syndics professionnels tout à fait originale à l’égard de l’ARC.

I. Prévenez-nous avant de publier un abus !

Nous avons dernièrement échangé avec des syndics professionnels afin de mettre sur la table les griefs évoqués de part et d’autre.

A cette occasion, nous avons pu mettre en évidence qu’effectivement de nombreux syndics « artisans » qui souhaitaient faire du bon travail étaient néanmoins contraints de suivre les politiques commerciales des grands groupes qui consistent à présenter des honoraires de base concurrentiels pour se rattraper sur les prestations particulières créant les abus et illégalités constatées quotidiennement.

Très rapidement, nous avons alors abordé la publication des abus, qui selon eux fait du tort (notamment commercial) surtout aux syndics épinglés, sachant que les copropriétés gérées par ces derniers demandent réparation, et celles en prospection évitent de les sélectionner.

A ce titre, les professionnels nous ont réclamé de les contacter avant de publier « l’abus » afin soit d’obtenir des explications, soit de corriger « l’erreur » qui généralement, selon eux, est dénuée de toute intention de nuire.

II. La réponse de l’ARC

Ce qui est malheureux avec les syndics, c’est qu’ils pensent pouvoir endormir tout le monde avec de beaux discours.

Leur volonté serait donc que lorsque l’ARC constate un abus, elle contacte d’abord le syndic pour lui faire part des éléments en sa possession afin soit que le syndic se corrige, soit qu’il donne des explications.

Il s’agit là du plus beau hold-up !

Imaginez le braquage d’une banque où le voleur dirait que s’il se fait encercler par le GIGN, il sort sans prendre la caisse, mais dans le cas contraire, il prend la caisse et les bijoux.

En effet, le syndic réalise volontairement un abus ou une illégalité et s’il ne se fait pas prendre tout va bien pour lui, mais si au contraire il se fait épingler par l’ARC, il fait amende honorable, évitant qu’il soit dénoncé sur notre site internet, sachant qu’en parallèle, d’autres copropriétés se sont fait rouler.

Notre réponse a donc été clairement non !

Vous assumez vos fautes, impliquant que tout abus sera publié sans alerte préalable.

D’ailleurs, il serait intéressant qu’à leur tour, avant de commettre un abus, ou pire une illégalité, ils en avisent l’ARC ou le conseil syndical pour que nous donnions notre avis sur la légalité de leurs agissements.

Ainsi, le deal est simple, si vous nous avisez avant de commettre un abus, nous vous aviserons avant de publier l’abus.

Si le pacte vous convient, on peut le signer.

A bon entendeur, salut !

Mots clés associés