DOSSIER DU MOIS D’AVRIL : Copropriété : quel « gilet jaune » êtes-vous ?

02/04/2019 Dossiers conseils Dossier conseils

                                                          

A plusieurs égards, une copropriété ressemble à un micro Etat dans lequel se tient une assemblée générale où se votent les résolutions à l’instar de l’Assemblée Nationale où se votent les lois ; un syndic qui est le mandataire de la copropriété à l’image de l’exécutif qui est le dépositaire de pouvoirs et le conseil syndical qui est élu et intervient comme contrepouvoir à l’image des parlementaires vis-à-vis de l’exécutif.

En parallèle, on retrouve bien évidement les différents types d’habitants au sein d’un immeuble qui sont les copropriétaires occupants, les bailleurs, les locataires assimilables aux divers citoyens que l’on peut distinguer dans plusieurs catégories (étudiants, actifs, sans activité, retraités...).

Depuis plusieurs semaines, on constate le phénomène « gilets jaunes » où même si les personnes défilent avec le même gilet, les revendications ne sont pas forcément les identiques.

C’est exactement ce même constat que l’on peut faire en copropriété avec plusieurs facettes de copropriétaires qui ont pour la plupart de bonnes raisons d’être contestataires, mais pas forcément pour les mêmes raisons ou motivations et surtout sans l’exprimer de la même façon.

Voici donc les différents types de « copropriétaires-gilets jaunes ».

I. Le gilet jaune sans gilet

Avant de présenter les gilets jaunes officiels, il faut parler de ceux qui ne s’affichent pas officiellement mais qui n’en pensent pas moins.

Ils constatent les abus commis par les syndics, ne comprennent pas les appels de fonds, l’augmentation des charges, les retards des travaux…

Il s’agit en fait des copropriétaires qui ne souhaitent pas s’afficher comme opposants au syndic mais qui espèrent que ceux mobilisés et surtout le conseil syndical feront avancer la situation.

II. Le sans gilet

Il serait démagogique d’occulter les copropriétaires satisfaits qui n’ont rien à reprocher au syndic et plus généralement dans le fonctionnement de la copropriété.

Ils considèrent qu’elle est bien gérée et que les charges sont cohérentes avec leur configuration.

Bien souvent, il s’agit en réalité de copropriétaires qui ne veulent pas s’embêter à entrer dans les méandres de la gestion de la copropriété, préférant payer leurs charges et avoir la paix, jusqu’au jour où ils ont des difficultés pour les régler ou bien quand ils constatent que les travaux votés ne peuvent être réalisés du fait d’un taux d’impayés important au sein de la copropriété.

Cette catégorie peut alors évoluer d’un côté comme de l’autre !

III. Le gilet jaune raisonnable

Il s’agit des copropriétaires qui sont conscients des dérives et qui souhaitent redresser la copropriété en proposant des solutions pratiques et efficaces que le syndic pourrait mettre en place, mais qui, par manque de réactivité ou de motivation, ont préféré laisser la situation en l’état.

Il s’agit de copropriétaires « pacifistes », mais qui au demeurant sont revendicatifs, ne lâchant rien pour faire avancer le bon fonctionnement de la copropriété, provoquant au final que même le syndic soit satisfait de voir le patrimoine qu’il a en gestion bien géré.

Il s’agit sans aucun doute des conseillers syndicaux qui ne sont pas des ennemis du syndic mais bien des copropriétaires motivés pour défendre leurs droits dans l’intérêt exclusif du syndicat des copropriétaires.

IV. Le gilet jaune opposant

Il s’agit des copropriétaires qui sont opposés à toutes solutions ou travaux, non pas pour des motifs sérieux qu’ils sont en mesure d’exposer, mais par principe.

Ces opposants sont souvent des procéduriers qui vont utiliser tous les moyens et surtout ceux juridiques pour annuler la tenue d’une assemblée générale ou une résolution ou encore pour contester toute initiative du conseil syndical ou du syndic.

Comme toujours, cela peut être justifié et sain, mais en revanche plus contestable si cela a pour seul objectif de paralyser le fonctionnement de la copropriété ou pire pour défendre ses intérêts personnels ou régler ses comptes avec le conseil syndical ou le syndic.

V. Le gilet jaune casseur

Doit-on réellement parler de gilet jaune ou d’imposteur ? En effet, il s’agit généralement de copropriétaires de mauvaise foi ou des vendeurs de sommeil qui n’ont aucun intérêt pour la copropriété, défendant uniquement leur profit personnel et n’ayant aucun état d’âme à mettre le chaos dans la copropriété, faisant plonger dans les abimes aussi bien la copropriété que les copropriétaires.

Alors à présent, quel gilet jaune êtes-vous ? Et d’après vous, l’ARC se situe où ?