Pré-état daté et état daté : qu’attend le Gouvernement ?

11/09/2014 Actions Action

Pré-état daté et état daté :

qu’attend le Gouvernement ?

    Un de nos adhérents écrit :   « Vous avez dénoncé le pré-état daté facturé plusieurs centaines d’euros et je n’y croyais pas. Or, alors que le contrat de mon syndic - le cabinet GURTNER - prévoit déjà la facturation de l’état daté pour 450 €, je viens de recevoir une première facture de 450 € non pas pour l’état daté mais pour le pré-état daté, alors que les éléments demandés demandent à peine 10 minutes de recherche.   C’est honteux.   Merci de publier ce témoignage. Il faut que les pratiques de ce syndic soient montrées du doigt.   Bien cordialement et merci pour votre action ».   Voilà qui est fait.   Au fait, il suffirait que le ministère publie rapidement un décret plafonnant les honoraires privatifs (disposition que NOUS avons fait introduire dans la loi ALUR) pour faire cesser ces abus. Mais, là encore, pour ne pas déplaire aux professionnels,  le Gouvernement traîne les pieds et la plume.    
  • Voir aussi nos articles :
  PRÉ-ÉTAT DATÉ : vous n’êtes pas obligé de passer par le syndic ou : comment économiser de 100 à 300 euros   Pré-état-daté : pourquoi il n’y a pas besoin de syndic pour remplir le « pré-état-daté » ?
  • et notre dossier adhérent :
État daté après la loi ALUR : pas de panique.  Tous nos conseils pour le faire par soi-même.