La FNAIM et l’UNIS auraient-elles peur de débattre avec l’ARC

12/11/2019 Actions Action

Dans le cadre du Conseil National de la Transaction et de la Gestion Immobilières (CNTGI), le directeur générale de l’ARC est amené à échanger avec les représentants des chambres professionnelles, démontrant notre connaissance pointue des sujets liés à la copropriété, mais aussi des abus et illégalités commis par les syndics, mettant parfois certains professionnels présents autour de la table en porte-à-faux.

L’objectif de l’ARC est toujours le même : mettre les syndics face à leurs responsabilités, voire leur médiocrité afin d’imposer un meilleur encadrement légal de leur profession.

Ces réunions de concertation ont contraint néanmoins l’ARC et les chambres professionnelles à se mettre autour d’une table, mettant face à face le directeur de l’ARC et les présidents des chambres professionnelles pour échanger sans média interposé.

Alors la question qui reste en suspens est de savoir à quand un échange en public ?

I. Pourquoi l’ARC souhaite un échange public ?

Une des stratégies des professionnels pour décrédibiliser l’ARC notamment auprès des ministères est d’indiquer que notre association tient une posture démagogique, dénonçant de faux abus et montant en épingle des problèmes qui n’existent pas.

Manque de bol pour eux, ils constatent une réalité qui les dérange au plus haut point qui est non seulement le nombre d’adhérents à l’ARC qui explose, impliquant qu’il existe bien un problème, mais surtout que le gouvernement et d’autres instances souhaitent une plus grande fermeté à l’égard des syndics professionnels, prouvant bien qu’il existe un malaise.

L’objectif recherché par l’ARC et les instances publiques est toujours le même : assurer une meilleure gestion des copropriétés en évitant, voire en éradiquant pas seulement les abus, mais également les illégalités commises par les syndics qui préjudicient aux copropriétaires, voire pire les entraînent dans la difficulté.

Ainsi, le débat public, que ce soit avec les syndics ou les gestionnaires sera très intéressant car il est fort probable qu’ils seront contraints d’admettre qu’il existe un problème de fond.

II. Quand et où ?

Au cours de ces prochains mois, les événements liés à la copropriété ne manquent pas.

Nous avons le salon de la copropriété organisé par les professionnels ou bien encore d’autres événements organisés par les chambres professionnelles.

Curieusement, à aucun moment les organisateurs n’ont eu le réflexe d’inviter l’ARC à une table ronde que ce soit sur le thème du conseil syndical, de la rénovation des copropriétés, de la gestion courante, de l’individualisation des frais de chauffage, bref l’ensemble des sujets qui concerne la copropriété et les copropriétaires.

D’ailleurs, il est intéressant de savoir que nous avons sollicité les organisateurs du salon de la copropriété qui se tient à la porte de Versailles leur indiquant notre disponibilité pour participer à leur salon.

Après nous avoir affirmé qu’ils n’étaient pas sous l’influence des syndics professionnels, depuis, c’est silence radio !

Alors chers professionnels et organisateurs de salons, l’ARC est disponible pour échanger avec vous et en public.

Cela permettra d’augmenter la fréquentation de vos événements, mais surtout de tirer au clair certains points qui vous semblent obscurs défendus par l’ARC.

A bon entendeur, salut !