La rentrée de l’ARC sur les chapeaux de roues

27/08/2019 Actions et Actus

Bien que l’ARC ait fermé ses portes les trois premières semaines du mois d’août, l’activité ne s’est pas totalement arrêtée puisqu’au cours de cette période, nous avons dû intervenir.

En particulier, il s’agit du projet de texte d’ordonnance « Copropriété » qui nous a été soumis et qui apporte son lot d’évolutions, ainsi et surtout que de nouveaux dispositifs qui nous obligent à réagir rapidement sachant qu’ils seront source d’abus où comme toujours le syndicat des copropriétaires sera le lésé.

Mais ce n’est pas tout. Nous avons eu le plaisir d’être trois fois assignés par différents syndics qui semble-t-il n’ont pas apprécié les articles que l’on a rédigés à leur encontre et publiés sur notre site internet.

Il est probable qu’ils aient cru que compte tenu du fait que l’ARC ait fermé les trois premières semaines du mois d’août, nous n’allions pas réagir et notamment faire notre « offre de preuves » démontrant notre bonne foi.

Comme on dit, ils se sont mis le doigt dans l’œil, car bien évidemment l’ARC a répondu dans les délais au grand malheur de nos chers syndics.

En parallèle de cela, comme engagé auprès de nos adhérents, nous avons retravaillé en profondeur le site internet de l’ARC afin de le rendre encore plus pratique et lisible, permettant aux lecteurs de trouver plus facilement les informations.

Voyons donc plus en détail comment au cours de ces trois semaines du mois d’août, l’ARC a préparé le terrain pour pouvoir dès sa rentrée être le pied au plancher.

 

I. Un projet d’ordonnance qui prévoit son lot d’abus

En tant qu’expert au sein du Conseil National de la Transaction et de la Gestion Immobilières (CNTGI), l’ARC a reçu le projet d’ordonnance « Copropriété » qui sera étudiée en profondeur au cours du mois de septembre.

Si nous pouvons constater de nombreuses avancées, nous restons vigilants sur certaines mesures et en particulier sur une réclamée par les syndics professionnels qui s’avère être particulièrement néfaste pour la bonne gestion de la copropriété.

Afin d’exprimer notre opposition, nous allons très prochainement publier un communiqué de presse pour mettre en évidence les conséquences certaines du dispositif réclamé par les professionnels afin qu’il soit supprimé ou du moins amendé.

Par ailleurs, nous regrettons que certaines mesures réclamées par l’ARC et qui ont pour objectif d’améliorer le fonctionnement des copropriétaires n’aient pas été retenues alors même qu’elles faisaient l’unanimité, y compris auprès des professionnels.

En l’état actuel des textes, le projet nous semble être une avancée sans pour autant répondre aux enjeux de la copropriété d’aujourd’hui et de demain tels que les travaux de rénovation, la maîtrise des charges ou le traitement des impayés.

 

II. Les autres actions menées en parallèle

Comme engagé lors de la dernière assemblée générale de l’ARC, nous avons retravaillé en profondeur notre site internet, afin de le rendre plus efficace.

Pour cela, nous nous sommes basés sur les principales critiques de nos adhérents qui se sont traduites par de nombreux développements :

  • Nouvelle page d’ouverture.
  • Nouveau moteur de recherche.
  • Possibilité d’impression des articles.
  • Nouvelle rubrique des outils et services.
  • Augmentation de la taille des caractères.
  • Sélection des questions à l’expert par type (vidéo ou écrit) ou par thème.

La nouvelle version du site internet devrait très prochainement être mise en ligne.

En parallèle de cela, nous avons dû avancer sur la rédaction des futurs guides de l’ARC qui seront présentés à l’occasion de notre salon annuel, prévu cette année les 16 et 17 octobre, sachant que nous nous apprêtons à en publier plus d’une dizaine.

Enfin, comme dirait l’autre, les abus ne connaissent pas la crise sachant que nous avons reçu en l’espace de ces trois premières semaines du mois d’août pas moins d’une trentaine de signalement dont vingt-deux exploitables du fait que nous ayons eu communication des pièces.

Comme on le constate, une activité chargée pour ces trois semaines d’août qui sont censées être des congés !

Mots clés associés

actualités juridiques
Conseil National de la Transaction et de la Gestion Immobilières (CNTGI)
Loi ELAN - CNTGI
loi ELAN du 23 Novembre 2018
syndics - abus